Le « Droit à la Réparation » ne semble toujours pas être au goût de la firme californienne.

Les lobbyistes ont rencontré des membres du Comité de la protection de la vie privée et des consommateurs. Ils ont apporté un iPhone aux réunions pour leur montrer les composants internes de l’appareil. Ils ont expliqué qu’un mauvais démontage par les clients pouvait engendrer des blessures. Plus précisément, ils parlaient en cas de perforage de la batterie lithium-ion de l’iPhone.

Si le législateur ouvrait la voie au Droit à la réparation, Apple serait contrainte de vendre le nécessaire aux clients. Cela comprendrait les pièces détachées, les guides de montage et les outils.

« Il est tout à fait absurde de suggérer que les pièces de rechange et les manuels posent des problèmes de sécurité et de sûreté », a déclaré Nathan Proctor, directrice de la campagne du groupe de défense des droits des consommateurs US PIRG. « Nous savons que dans tout le pays, des millions de personnes le font elles-mêmes. Des millions de personnes confient leurs appareils à des techniciens indépendants. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom