Finalement, il va falloir se montrer encore plus patient que prévu pour les processeurs d’Intel gravés en 10 nm. L’entreprise a expliqué lors de ses résultats financiers que le taux de rendement est encore trop faible pour lancer une production de masse.

Voilà une mauvaise nouvelle pour les professionnels, entre autres, qui attendent avec impatience les nouveaux MacBook équipés de ces processeurs Cannon Lake et des possibles 32Go de RAM. Intel doit encore ajuster sa production car le fondeur rencontre des difficultés avec cette si fine gravure.

Intel a révélé qu’il continuerait à se concentrer sur l’expédition de puces qui utilisent le processus établi de 14 nanomètres cette année. Quant aux puces de prochaine génération utilisant un processus de production de 10 nm, elles seront expédiées cette année, mais la fabrication en masse n’est pas prévue avant 2019.

Le PDG d’Intel, Brian Krzanich, a indiqué qu’il valait mieux résoudre les problèmes maintenant plutôt que de gaspiller des portions considérables de plaquettes. L’entreprise préfère prendre le temps nécessaire avant d’entreprendre une production en série.

La première génération de puces Intel à utiliser le processus 10nm « Cannon Lake » permet d’améliorer les performances habituelles et de réduire la consommation d’énergie.

Du point de vue d’Apple, «Cannon Lake» prend en charge la mémoire LPDDR4, qui peut être utilisée dans les MacBook et MacBook Pro avec jusqu’à 32 Go de RAM sans recourir à la mémoire DDR4. Les deux technologies ne sont pas les mêmes, malgré leur nom similaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom