L’affaire opposant Qualcomm et Apple qui dure depuis un an, au sujet de redevances sur certains brevets, est encore loin d’être terminée. Le Financial Times croit savoir que l’Europe a actuellement Qualcomm dans son viseur.

Selon l’organisme antitrust, Qualcomm aurait quelque soudoyé Apple pour ne pas aller se fournir en modems chez ses concurrents. Apparemment, cet abus de position dominante aurait eu lieu de 2011 à 2016, ce qui va à l’encontre des lois en vigueur. Qualcomm pourrait alors se voir infliger une amende de 2 milliards de dollars, ce qui représente 10% du son chiffre d’affaires annuel.

Le Financial Times estime qu’une telle sanction pourrait être bénéfique pour Apple dans sa lutte contre Qualcomm. Le géant américain se plaint des redevances élevées du fournisseur, lequel se défend en expliquant qu’Apple se sert de sa position pour tirer les prix au plus bas.

L’affaire peut encore connaître de nouveaux rebondissements, mais en attendant, Apple compte ne plus se fournir chez Qualcomm. D’après les dernières spéculations, la firme californienne aurait dans l’idée d’aller chez Intel et MediaTek.

[MàJ] : La Commission européenne a enfin statué sur le sort de Qualcomm. L’amende s’élève finalement à 997,44 millions d’euros, soit 4,9% du chiffre d’affaires de l’entreprise en 2017.

« La commissaire Margrethe Vestager, chargée de la politique de concurrence, a déclaré à ce propos : « Qualcomm a illégalement évincé ses concurrents du marché des chipsets de bande de base LTE pendant plus de cinq ans, consolidant ainsi sa position dominante sur le marché. L’entreprise a versé des milliards de dollars à un client majeur, Apple, pour que celui-ci ne s’approvisionne pas auprès de ses concurrents. Ces paiements n’étaient pas de simples réductions de prix, mais étaient effectués à la condition qu’Apple utilise exclusivement des chipsets de bande de base de Qualcomm dans tous ses iPhones et ses iPads.

En conséquence, aucun concurrent n’a pu concurrencer efficacement Qualcomm sur ce marché, quelle que fût la qualité de ses produits. De par son comportement, Qualcomm a privé les consommateurs et d’autres entreprises d’un choix élargi et d’une plus grande innovation, alors que le secteur se caractérise par une forte demande et un fort potentiel pour les technologies innovantes. Cette pratique est illégale au regard des règles de l’UE en matière de pratiques anticoncurrentielles. C’est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de ce jour. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom