Apple est sur le point de supprimer toutes les applications RSS de l’App Store chinois afin de se conformer aux réglementations gouvernementales conçues pour bloquer le « contenu illégal » en Chine.

RSS App Store

Les rumeurs sur une éventuelle action de ce type circulent depuis un certain temps, mais ce n’est que dans ces heures qu’Apple procède à la suppression des premiers lecteurs RSS de l’App Store, comme les notes Reeder et Fiery Feeds.

Apple a informé les développeurs concernés par un e-mail les informant que leurs applications avaient été supprimées car ils proposaient du “contenu illégal en Chine”:

« Nous vous écrivons pour vous informer que votre application sera supprimée de l’App Store chinois car elle contient du contenu illégal en Chine qui n’est pas conforme aux Directives de révision de l’App Store.

Les applications doivent respecter toutes les exigences légales partout où vous les mettez à disposition (en cas de doute, consultez un avocat). Nous savons que ces choses sont compliquées, mais il est de votre responsabilité de comprendre et de vous assurer que votre application est conforme à toutes les lois locales. Et bien sûr, les applications qui sollicitent, promeuvent ou encouragent un comportement criminel ou clairement imprudent seront rejetées. Bien que votre application ait été supprimée de l’App Store chinois, elle est toujours disponible dans les App Store pour les autres territoires sélectionnés dans iTunes Connect. »

On ne sait pas pourquoi le gouvernement chinois s’oppose aux lecteurs RSS. Ces applications sont essentiellement des agrégateurs de contenu, similaires aux navigateurs Web, grâce auxquels les utilisateurs peuvent consulter rapidement les sources qui les intéressent le plus.

La relation d’Apple avec le gouvernement chinois a suscité et continue de susciter de nombreuses critiques. En effet, la firme de Cupertino professe la liberté d’expression et le respect des droits de l’homme, mais se conforme ensuite à certaines décisions contestables de la Chine. De son côté, Apple a toujours expliqué qu’elle devait se conformer aux lois de tous les pays dans lesquels elle opère, y compris la Chine. En effet, en Chine, la situation est encore plus délicate non seulement en raison de l’importance stratégique du marché local des smartphones, mais aussi en raison du fait que les principaux fournisseurs Apple opèrent dans ce pays.

Par le passé, Apple avait déjà supprimé d’autres catégories d’applications du magasin chinois, comme les VPN ou l’application Quartz, lesquels permettaient de connaître l’emplacement de la police lors des manifestations à Hong Kong.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom