Le PDG d’Apple, Tim Cook, a publié une déclaration liminaire qui sera lue ce soir lors de l’audience devant l’United States House dans le cadre des enquêtes antitrust impliquant Apple, Amazon, Facebook et Google.

Tim Cook

Dans la déclaration, Cook nie les allégations et affirme qu’Apple ne s’est pas engagée dans un comportement anticoncurrentiel, ajoutant que la société “n’a aucune part de marché dominante dans aucun des domaines dans lesquels elle travaille”. En effet, le PDG affirme que la société n’a de position dominante sur aucun marché, comme le font Google et Samsung dans leurs secteurs respectifs. Cook pense également que des enquêtes sur les pratiques antitrust sont nécessaires, mais réaffirme qu’Apple ne fera aucune concession.

Tim Cook définit Apple comme une entreprise exclusivement américaine, qui respecte toutes les règles du pays. Les accusations du Comité concernent principalement le système de l’App Store, le contrôle des applications tierces et la gestion des applications tierces dédiées au contrôle parental.

Quant à l’App Store, la position du PDG d’Apple est assez claire et suit celle de Phil Schiller :

« Après avoir commencé avec 500 applications, l’App Store en héberge désormais plus de 1,7 million, dont seulement 60 sont des logiciels Apple. De toute évidence, si Apple est un gardien, ce que nous avons fait, c’est d’ouvrir cette porte autant que possible. Nous voulons avoir autant d’applications que possible dans notre boutique, ne pas les garder à l’écart et pour cette raison, nous avons créé des opportunités qui étaient auparavant impossibles à atteindre pour les petits développeurs.

La structure de prix de l’App Store est une alternative plus attrayante que celle qui existait auparavant, lorsque le logiciel en conserve était la méthode de distribution préférée. De plus, la grande majorité des applications de l’App Store rapportent aux développeurs 100% des revenus, sans aucune part en faveur d’Apple. Les seules applications soumises aux frais d’Apple sont celles dans lesquelles le développeur acquiert un client sur un appareil Apple et où les fonctionnalités ou services sont testés et exploités sur un appareil Apple.

Lors de la création de l’App Store, les options de distribution disponibles pour les développeurs de logiciels à l’époque ne fonctionnaient pas bien. Les magasins physiques facturaient des commissions élevées et avaient une portée limitée. Des supports tels que des CD ont dû être expédiés et des mises à jour étaient difficiles à proposer.

Les commissions d’Apple sont comparables ou inférieures aux commissions facturées par la plupart de nos concurrents. Et ils sont nettement inférieurs aux 50 à 70% que les développeurs de logiciels ont payés pour distribuer leur travail avant la naissance de l’App Store. »

Tim Cook ajoute ensuite :

« Depuis plus d’une décennie depuis que l’App Store a fait ses débuts, nous n’avons jamais augmenté les commissions ni ajouté d’autres frais de développeur. En fait, nous les avons réduits pour les abonnements et avons exempté certaines catégories d’applications.

L’App Store évolue avec le temps et chaque changement que nous avons effectué est allé dans le sens d’offrir une meilleure expérience à nos utilisateurs et une opportunité commerciale convaincante pour les développeurs. »

Dans la lettre d’ouverture qui sera lue devant le Comité judiciaire ce soir, Tim Cook poursuit en divulguant la contribution que l’App Store a apportée à l’économie, citant des statistiques déjà connues, le 1,9 million d’emplois créés aux États-Unis. Cook mentionne également une étude indépendante qui a découvert comment l’App Store a généré au moins 500 milliards de dollars de commerce dans le monde, seulement en 2019.

L’audience débutera ce soir à 18 heures en France. Le document d’ouverture complet préparé par Tim Cook est disponible sur ce lien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom