Apple ne change pas d’avis, Phil Schiller explique la décision de ne pas approuver la publication de l’application Hey sur l’App Store. Apple considère que l’app viole les clauses imposées à tous les développeurs. Pendant ce temps, le membre du Congrès Davide Cicilline dit que le comportement d’Apple est comme “un vol sur autoroute”.

Phil Schiller

Dans une interview accordée à TechCrunch, le directeur d’Apple, Phil Schiller, a déclaré que la société n’avait pas l’intention de modifier les règles de l’App Store et que l’application Hey avait été initialement approuvée par erreur : « À ce jour, il n’y a pas de modification de la règles que nous envisageons. Il y a beaucoup de choses que les développeurs pourraient faire pour que l’application fonctionne selon les règles que nous avons. Nous aimerions qu’ils le fassent. »

L’application à laquelle Phil Schiller fait référence est clairement Hey, une nouvelle application de messagerie électronique par abonnement développée par les créateurs de Basecamp. Comme expliqué plus tôt cette semaine, Hey a été initialement approuvé sur l’App Store, mais les mises à jour ultérieures ont été rejetées par Apple car les utilisateurs ne sont pas autorisés à activer l’abonnement via le système d’achat intégré. David Heinemeier Hansson, directeur du développement de Basecamp et Hey.com, a déclaré qu’Apple se comportait comme un “gangster” alors qu’elle continuait de rejeter cette mise à jour qui corrige quelques bugs importants dans l’application.

Phil Schiller dit que la raison pour laquelle l’application Hey a besoin de support pour l’abonnement in-app, sinon vous téléchargez l’application qui ne fonctionne pas. « Téléchargez l’application et cela ne fonctionne pas, ce n’est pas ce que nous voulons dans le magasin », a expliqué Phil Schiller. Les exceptions sont les applications dites “reader” telles que Netflix :

« Nous n’avons pas étendu ces exceptions à tous les logiciels. Le courrier électronique n’est pas et n’a jamais été une exception incluse dans cette règle. En fait, l’application Mac de Hey a été rejetée pour la même raison. La version originale de l’application iOS a été approuvée par erreur et n’aurait jamais dû être disponible sur la boutique. »

Phil Schiller partage ensuite des conseils sur ce que Hey pourrait faire s’il voulait être disponible sur l’App Store. Fondamentalement, cela suggère que Hey pourrait offrir une version gratuite ou payante de l’application qui offre des fonctionnalités de base pour lire les e-mails :

« Une façon dont Hey pourrait changer est d’offrir une version gratuite ou payante de l’application avec une fonctionnalité de lecture de base des e-mails sur l’App Store, de sorte qu’il propose séparément un service de messagerie premium qui peut être activé sur son site Web. Exemple : une application RSS qui lit n’importe quel flux, mais peut également lire un flux payant qui prévoit l’achat d’un abonnement sur le site de l’éditeur. Dans les deux cas, les applications auraient une fonctionnalité active lors du téléchargement depuis la boutique. »

Dans la pratique, telle qu’elle est structurée actuellement, l’application Hey n’offre aucune fonctionnalité aux utilisateurs, sauf en activant un abonnement externe. Apple demande aux développeurs de proposer quelques fonctionnalités de base via une application gratuite ou payante, puis de permettre aux utilisateurs d’activer des fonctionnalités premium sur la boutique du développeur. Alternativement, l’application doit donner la possibilité d’activer l’abonnement intégré pour offrir nativement une fonction.

Apple a également partagé ces informations dans un e-mail envoyé aux développeurs :

« L’application HEY Email est commercialisée comme une application de messagerie sur l’App Store, mais lorsque les utilisateurs téléchargent votre application, cela ne fonctionne pas. Les utilisateurs ne peuvent pas utiliser l’application pour accéder à la messagerie électronique ou exécuter des fonctions utiles jusqu’à ce qu’ils accèdent au site Web de Basecamp pour Hey Email et achètent une licence pour utiliser l’application HEY Email. »

Apple explique que Hey viole spécifiquement trois directives différentes de l’App Store :

Directive 3.1.1 : si vous souhaitez déverrouiller des fonctionnalités dans votre application, vous devez utiliser l’achat dans l’application. L’application nécessite que les clients achètent du contenu, des abonnements ou des fonctionnalités en dehors de l’application, mais ces éléments ne sont pas disponibles en tant qu’achats intégrés dans l’application, comme requis par les directives d’examen de l’App Store.

Directive 3.1.3 : Les applications Reader peuvent permettre aux utilisateurs d’accéder au contenu et aux abonnements au contenu achetés précédemment. Votre application de messagerie ne fait pas partie des types de contenu autorisés par cette directive pour les applications “Reader” (en particulier: magazines, journaux, livres, audio, musique, vidéos, accès aux bases de données professionnelles, VOIP, stockage cloud ou des services approuvés comme la classe de gestion des applications). Par conséquent, les clients doivent avoir la possibilité d’acheter l’accès aux fonctionnalités ou fonctionnalités de votre application à l’aide d’un achat intégré.

Directive 3.1.3 (b) : les applications qui gèrent des services sur plusieurs plateformes peuvent permettre aux utilisateurs d’accéder au contenu, aux abonnements ou aux fonctionnalités acquises dans votre application sur d’autres plateformes ou sur votre site Web, à condition que ces éléments soient également disponibles comme achats intégrés dans l’application.

L’application de messagerie HEY n’offre pas d’accès au contenu, aux abonnements ou aux fonctionnalités telles que les achats intégrés dans l’application. En fait, l’application ne fonctionne pas comme une application de messagerie électronique ou à d’autres fins jusqu’à ce que l’utilisateur visite le site Web de Basecamp pour démarrer un essai gratuit ou acheter une licence distincte pour utiliser l’application à cette fin attendue.

Cet e-mail, adressé à Jason Fried de Basecamp, souligne également que Basecamp est disponible sans problème depuis des années, mais n’a pas généré de revenus pour Apple.

Sur la base de cette histoire, le président du sous-comité antitrust américain, David Cicilline, a déclaré que le pouvoir de marché qu’Apple détient sur son App Store est comme “un vol sur autoroute” :

« Apple a une telle puissance qu’elle lui permet d’imposer des prix exorbitants aux développeurs, avec 30% des revenus conservés par l’entreprise. C’est comme un vol sur autoroute, un comportement d’intimidation : soit vous payez 30%, soit je vous refuse l’accès à mon magasin. Apple écrase les petits développeurs qui ne peuvent tout simplement pas survivre avec ce type de comportement. S’il y avait une réelle concurrence sur ce marché, cela ne se produirait pas.

Beaucoup de gens se sont manifestés pour partager leurs expériences et sont terrifiés par les représailles économiques, ils ont peur de ne pas pouvoir survivre à ce que les grandes plates-formes peuvent imposer en raison du pouvoir dont ils disposent, et nous avons l’intention d’enquêter sur ces accusations. C’est un vrai problème sur le marché livero. C’est une conséquence directe de l’énorme pouvoir de marché, du fait qu’Apple est le gardien de ces développeurs.

Beaucoup d’entre eux m’ont dit que s’ils en avaient la possibilité, ils distribueraient leurs applications sur des plateformes autres qu’Apple. Il est vrai que l’App Store a été créé par Apple, mais nous ne pouvons pas simplement permettre à quelqu’un de continuer à jouir de ce pouvoir monopolistique simplement parce qu’il a inventé un système ou un produit. C’est contraire à nos lois. Ce n’est pas juste pour les nouveaux développeurs, les nouvelles startups et cela nuit aux consommateurs. »

Depuis un certain temps, on parle de possibles comportements anticoncurrentiels liés à l’App Store, avec diverses propositions pour rendre le marché des applications gratuit sur iOS. Récemment, l’UE a également ouvert une enquête à ce sujet.

En réponse au lancement de ces enquêtes, un porte-parole d’Apple a publié la déclaration suivante :

« Nous avons développé l’« App Store » avec deux objectifs en tête : c’est un endroit sûr et fiable pour les clients de découvrir et de télécharger des applications et une excellente opportunité commerciale pour les entrepreneurs et les développeurs.

Nous sommes profondément fiers des innombrables développeurs qui ont innové et réussi grâce à notre plateforme. Et au fur et à mesure que nous grandissions ensemble, nous avons continué à fournir de nouveaux services innovants – comme Apple Pay – qui offrent la meilleure expérience client tout en respectant les normes de confidentialité et de sécurité les plus avancées du secteur.

Nous sommes déçus que la Commission européenne dépose des plaintes infondées d’une poignée d’entreprises qui veulent simplement un tour gratuit et ne veulent pas respecter les mêmes règles que tout le monde. Nous ne pensons pas que ce soit juste – nous voulons maintenir des règles du jeu équitables où toute personne déterminée et ayant une bonne idée peut réussir. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom