Apple a encore la Commission européenne sur le dos, et cette fois cela concerne une enquête sur Apple Pay et l’App Store. Plusieurs entreprises européennes ont jugé bon de rapporter à Bruxelles le “prétendu” comportement anti-concurrentiel de Cupertino.

Commission européenne

L’affaire est bien entendu menée par la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, qui n’en est pas à son coup d’essai à l’encontre d’Apple.

Tout d’abord, il est question de l’App Store, plus précisément de la taxe de 30% sur les applications. Apple est également dans le viseur de la Commission européenne sur le fait qu’Apple favoriserait ses propres apps.

Ensuite, vient Apple Pay et du verrouillage de la puce NFC, nécessaire aux paiements sans contact. L’enquête préliminaire permettra à la Commission européenne de savoir si les exigences d’Apple sortent réellement des rails :

« Il apparaît qu’Apple fixe les conditions de l’utilisation d’Apple Pay dans les applications et sur les sites web des commerçants. Elle réserve également la fonctionnalité “tap and go” des iPhones à Apple Pay, déclare Margrethe Vestager. Il est important que les mesures prises par Apple ne privent pas les consommateurs des avantages qu’offrent les nouvelles technologies de paiement, notamment en matière de choix, de qualité, d’innovation et de prix compétitifs. »

De son côté, la firme californienne n’a pas été très bavarde (Reuters) : « Il est décevant que la Commission européenne s’appuie sur des plaintes sans fondement provenant d’une poignée d’entreprises, qui veulent simplement un accès gratuit et ne veulent pas respecter selon les mêmes règles que tout le monde. »

Suite à cette enquête préliminaire, la Commission européenne estimera si une enquête plus approfondie est nécessaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom