Une enquête réalisée par Washingtong Post sur des critiques d’applications de chat aléatoires sur iOS a révélé plus de 1 500 rapports de comportement sexuel non souhaité, dont certains ciblaient des enfants.

Chat sur iOS - comportements sexuels sur l'App Store

Le document indique qu’Apple n’a pas encore supprimé ces applications, malgré les nombreuses critiques négatives des utilisateurs signalant des comportements sexuels non désirés, même à l’égard des enfants.

Le Washington Post a analysé les critiques de six applications de chat populaires sur l’App Store :

« Plus de 1 500 plaintes concernant des approches sexuelles non désirées, dont beaucoup visaient des enfants, ont été déposées contre les applications de messagerie populaires sur l’App Store, contrairement à ce qu’Apple a qualifié de “lieu sûr et fiable”. En utilisant un algorithme d’apprentissage automatique pour identifier les critiques dans l’App Store contenant des rapports sur le contenu sexuel, le racisme et l’intimidation non désirée, The Post a examiné plus de 130 000 critiques de six applications de chat aléatoire, toutes à l’exception de l’une des 100 meilleurs de la catégorie des réseaux sociaux.

Environ 2% de toutes les critiques de l’application Monkey, classées 10e dans la catégorie des réseaux sociaux sur l’App Store aux États-Unis, contenaient des rapports sur des comportements sexuels non désirés. Malgré cela, l’application a été approuvée pour les utilisateurs âgés de 12 ans et plus. Les autres applications incluses dans l’enquête étaient Yubo, ChatLive, Chat for Strangers, Skout et Holla. Au moins 19% des critiques de ChatLive ont mentionné des approches sexuelles non désirées. »

La découverte d’un comportement inapproprié dans ce type d’application n’a guère étonné, étant donné que ce sont des applications de “chat aléatoire” qui vous permettent de discuter de manière aléatoire, même par vidéo, avec des inconnus du monde entier. Le problème, dit The Post, est qu’Apple n’est pas en mesure de surveiller les avis des utilisateurs pour savoir s’il faut intervenir et quand. Ces applications sont entre autres disponibles sur l’App Store depuis plusieurs années.

Apple prétend examiner plus de 100 000 applications par semaine, avec des contrôles humains et non automatisés pour faire de l’App Store un endroit sûr et fiable : « Nous prenons très au sérieux tous les rapports de contacts inappropriés ou illégaux », a déclaré le porte-parole d’Apple, Fred Sainz. « Si le but de ces applications n’est pas inapproprié, nous voulons donner aux développeurs la possibilité de s’assurer qu’ils se conforment correctement aux règles, mais sinon nous n’hésiterons pas à les supprimer de l’App Store ». L’âge minimum de l’application Monkey a été portée à 17 ans après la publication de The Post.

Selon certains, cette solution n’est toutefois pas suffisante. L’ancien critique de l’App Store pense que la société devrait les interdire complètement. « À mon avis, ces applications devraient être supprimées », a déclaré Phillip Shoemaker. « Pendant mon séjour chez Apple, nous avons interdit la publication de chat roulette dans le magasin ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom