Le vice-président des affaires mondiales de Facebook, Nick Clegg, a attaqué Apple dans le conflit qui opposait les deux titans de la technologie sur la confidentialité des données des utilisateurs.

Nick Clegg

La philosophie derrière les modèles commerciaux de Facebook et Apple a été évoquée par Clegg lors d’une conférence en Allemagne. Dans son discours, Clegg a évoqué les critiques d’Apple à l’encontre des services supportés par la publicité.

« Facebook est gratuit, c’est pour tout le monde. D’autres grandes entreprises de technologie gagnent de l’argent en vendant du matériel coûteux ou des services d’abonnement, voire les deux. Certains sont presque un club exclusif, réservé aux consommateurs qui ont les moyens d’acheter du matériel et des services de grande valeur. »

Il s’agit d’une référence claire à Apple, qui vend l’iPhone et du matériel en général à un prix très élevé, généralement à un coût supérieur à celui des produits concurrents. En revanche, les utilisateurs de Facebook n’ont pas besoin d’un périphérique de communication ad-hoc pour accéder au service et les seuls produits matériels de l’entreprise sont réduits à l’Oculus Rift et l’Oculus Go.

Clegg continue de définir Facebook comme un service accessible à tous les utilisateurs de manière égale :

« Il n’y a pas d’exclusivité sur Facebook, pas d’accès VIP, pas de classe affaires. Nos services sont accessibles aux étudiants guatémaltèques, aux agriculteurs du centre-ouest des États-Unis, aux employés de Mumbai, aux startups technologiques de Nairobi ou aux chauffeurs de taxi de Berlin. Plus de 2 milliards de personnes utilisent nos plates-formes, car elles peuvent le faire. »

Le discours de Clegg fait suite à environ une semaine après que le chef de la direction d’Apple, Tim Cook, ait pris la parole lors d’une cérémonie d’inauguration de l’Université de Stanford pour mettre en garde contre la menace de la surveillance par les entreprises et le gouvernement, dénonçant la pratique répandue du rassemblement des données, violations de la vie privée et batailles de censure en cours en tant qu’une “usine de chaos”.

Facebook et Apple ont des opinions divergentes sur la manière de gérer les données des utilisateurs. Apple tente de minimiser la quantité de données identifiables collectées par les utilisateurs, en anonymisant ces demandes et en refusant de vendre des données à des tiers. Facebook et d’autres sociétés telles que Google s’appuient sur l’utilisation de certaines des données collectées pour suivre les utilisateurs et le ciblage des publicités.

Concernant la supervision gouvernementale des entreprises technologiques, Apple et Facebook sont apparemment du même avis. Tim Cook a demandé à plusieurs reprises des lois spécifiques et Mark Zuckerberg a lancé des demandes similaires pour “réglementer Internet”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom