L’un des points les plus importants du procès entre Apple et Qualcomm est de savoir si le fabricant de puces de modem a imposé des conditions injustes et monopolistiques. Les avocats d’Apple ont expliqué que oui, mais la défense a tenté aujourd’hui d’expliquer pourquoi les choses étaient différentes.

Qualcomm sur le banc de touche pour les iPhone et iPad de 2018

Les allégations d’Apple sont basées sur deux points. Premièrement, Apple et les autres fabricants de smartphones doivent s’acquitter d’une redevance, même lorsqu’ils achètent les puces auprès de Qualcomm, une pratique que le fabricant d’iPhone a qualifiée de “double-dipping”. Deuxièmement, les frais augmentent avec le prix de vente au détail du téléphone utilisant la technologie de Qualcomm.

Apple affirme qu’avec cette pratique, Qualcomm bénéficie d’innovations totalement indépendantes de leurs puces. Cependant, la défense de Qualcomm a expliqué que la situation était très différente et que personne n’avait jamais été obligé de leur acheter des modems. En effet, au fil des années, Qualcomm a également baissé les prix de ses puces pour faire face aux réalités telles que MediaTek et Intel qui, ces dernières années, ont commencé à produire des puces de modem : « Cela nous a permis de gagner contre la concurrence, mais cela ne signifie pas que nous avons agi de manière anticoncurrentielle ». Et encore une fois : « Qualcomm n’a pas le pouvoir de marché suffisant pour obliger les fabricants d’appareils portables à accepter des conditions commerciales contraignantes qui auraient pu les priver de milliards de dollars ».

Les juges ont également souligné que Qualcomm avait perdu 50% de sa part de marché entre 2014 et 2017, au profit de MediaTek, Huawei, Samsung et Intel. En outre, depuis mars 2018, tous les nouveaux téléphones haut de gamme d’Apple et de Huawei utilisent des puces de différentes sociétés, tandis que 25% seulement des smartphones Samsung haut de gamme utilisent des puces de Qualcomm.

Ces données confirmeraient qu’il n’y a pas de position dominante. Tout le monde était et est libre de choisir ses fournisseurs. En particulier, Qualcomm craignait la concurrence d’Intel et, pour ne pas perdre les commandes d’Apple, avait offert d’importantes réductions à la société.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom