Apple a été accusée d' »hypocrisie » et de « cynisme » à propos de sa politique anti-suivi de l’iPhone par un groupe de l’industrie de la publicité dont Meta et Google sont membres.

IAB, publicité Apple, confidentialité Apple

L’Interactive Advertising Bureau (IAB) est une organisation qui élabore des normes à utiliser dans l’ensemble de l’industrie pour contrôler et réglementer la publicité en ligne. Parmi ses membres, il compte également Google, Meta, Adobe et de nombreuses autres sociétés. Cette semaine, le PDG de l’IAB, David Cohen, avait quelques mots à dire sur l’approche d’Apple en matière de confidentialité et de politique de l’iPhone.

S’exprimant lors de l’assemblée annuelle du groupe, Cohen a accusé Apple d' »attaquer » l’industrie de la publicité de l’intérieur, affirmant que l’entreprise représente « le cynisme et l’hypocrisie ». Cohen a déclaré que « s’il ne manque pas d’extrémistes qui attaquent notre industrie de l’extérieur, il y en a qui l’attaquent de l’intérieur. En particulier, Apple illustre le cynisme et l’autosatisfaction qui sous-tendent la vision extrémiste dominante ».

Cohen explique que si Apple exige que les applications demandent la permission aux utilisateurs avant de les suivre sur des applications et des sites Web appartenant à d’autres sociétés, la société peut suivre ses propres utilisateurs sans responsabilité. Cohen souligne une fonctionnalité appelée App Tracking Transparency (ATT), qui a été lancée en avril 2021, qui oblige les applications à demander aux utilisateurs un consentement opt-in avant de les suivre. « Il est impossible que la ‘personnalisation’ dans l’écosystème Apple soit la même chose que le ‘suivi’ en dehors de celui-ci », a déclaré Cohen. « Ce n’est pas vraiment un combat loyal ».

tracking transparency app ios 14

Dans une interview du Wall Street Journal d’avril 2021 à propos de l’ATT, Federighi a expliqué qu’aucune application Apple n’aurait la fenêtre contextuelle d’alerte car « il n’y a pas d’application ou de service Apple qui suit les utilisateurs ». Federighi a ajouté que si Apple lançait une application ou un service qui suit les utilisateurs, elle se conformerait à sa propre politique de l’App Store.

Apple fait actuellement face à un recours collectif accusant la société d’enregistrer l’activité mobile des utilisateurs sans leur consentement, malgré les garanties de confidentialité. Le procès accuse Apple de faire des assurances « complètement fausses » que les utilisateurs d’iPhone contrôlent leurs données. « Apple enregistre, suit, collecte et monétise les données analytiques, y compris l’historique de navigation et les informations d’activité, quelles que soient les garanties ou les  » paramètres de confidentialité  » que les consommateurs prennent pour protéger leur vie privée », indique le procès.

La politique et l’approche de confidentialité de l’App Store‌ d’Apple sont une préoccupation de plus en plus importante pour les organisations et entreprises internationales, de l’UE à Meta, Google et Spotify.

Partager un commentaire