Epic Games a répondu aux allégations d’Apple, niant l’affirmation selon laquelle la plainte contre l’App Store aurait été menée uniquement comme une campagne de marketing pour favoriser la version iOS de Fortnite

Fortnite

Le 16 septembre, Apple a déposé des documents juridiques auprès du tribunal de district de Californie, affirmant qu’Epic Games avait intenté cette action en justice juste pour stimuler les téléchargements de Fortnite :

« Pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les affirmations d’Epic contre Apple, la popularité de Fortnite est en déclin. En juillet 2020, l’intérêt pour Fortnite avait chuté de près de 70% par rapport à octobre 2019. Ce procès (et les gros titres qu’il a engendrés) semble faire partie d’une campagne de marketing conçue pour redynamiser l’intérêt pour Fortnite. »

Dans le nouveau document, Epic conteste l’affirmation d’Apple selon laquelle une baisse d’intérêt présumée de près de 70% en juillet 2020 par rapport à octobre 2019. Epic poursuit en disant qu’Apple a utilisé les données de Google Trends sur les volumes de recherche à partir d’un pic qui a duré quelques jours début octobre 2019, en conjonction avec un événement populaire dans le jeu : « Les utilisateurs de Fortnite ont considérablement augmenté au cours de cette période, mais par la suite, nous avons toujours eu une augmentation de 39% des utilisateurs actifs quotidiens dans le Jeu. »

Dans le document, Epic répond également à une autre affirmation d’Apple, selon laquelle la société n’est pas un “monopoleur” car l’App Store est comme les magasins numériques (et fermés) de consoles et d’ordinateurs. La société de logiciels affirme au contraire que la différence réside précisément dans le fait que les iPhone sont de poche : « L’affirmation d’Apple est contraire aux principes fondamentaux de l’antitrust et du bon sens : une PlayStation Sony ne rentre pas dans votre poche, mais un smartphone le fait » . Cet argument utilise une étrange mesure de comparaison, car on pourrait soutenir que Nintendo Switch est une plate-forme de jeu “monopole”, car elle possède un magasin numérique fermé et, à certains égards, c’est un appareil qui, bien que pas exactement de poche, peut être facilement transporté.

Epic exhorte également le tribunal à ignorer les affirmations d’Apple selon lesquelles l’achat via l’application est un “aspect indissociable de l’App Store”, en raison de nombreuses applications offrant un traitement de paiement par des tiers dans des catégories spécifiques et que les transactions dans l’application peuvent se produire longtemps après que l’application a été téléchargée pour la première fois par l’utilisateur.

En ce qui concerne la fermeture du compte développeur par Apple, Epic affirme que la société n’a pas indiqué un seul problème de sécurité ou de confidentialité sur d’autres applications de l’éditeur de logiciels qui justifie cette décision. Même la déclaration d’Apple au sujet de la mise à jour Fortnite du 13 août n’a pas été acceptée pour des raisons de sécurité serait fausse, car « Apple n’a pas présenté la moindre preuve à ce sujet ».

Enfin, la tentative d’Apple de suggérer qu’Epic « facture aux utilisateurs et aux développeurs une commission » similaire à son propre système App Store est réfutée par Epic. « L’Epic Games Store donne aux développeurs le choix qu’Apple ne fait pas : ils peuvent utiliser le système de paiement d’Epic pour les achats intégrés, ou ils peuvent utiliser un autre processus de paiement et ne rien payer à Epic. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom