The Information explique en détail toutes les réticences de Tim Cook à participer à cette audition demandée par la United States House, et comment Apple a tenté de l’éviter.

Tim Cook

Le Congrès vise à savoir si les plus grandes entreprises technologiques américaines mettent en œuvre une politique de concurrence déloyale contre les petites entreprises et si ces politiques affectent les consommateurs. Dans le cas d’Apple, les préoccupations sont généralement centrées sur l’App Store et les paiements et abonnements intégrés. Avec Tim Cook, il y aura également d’autres PDG importants, dont Jeff Bezos d’Amazon, Sundar Pichai d’Alphabet/Google et Mark Zuckerberg de Facebook.

Selon The Information, deux semaines après que les autres PDG aient accepté d’assister à l’audience, Cook a continué à résister de peur d’être impliqué dans des questions plus pertinentes que celles des autres sociétés concernées :

« Il y avait une raison simple à sa réticence. Selon les rapports de personnes proches de sa pensée, Cook était fermement convaincu qu’Apple n’appartenait pas à un groupe de sociétés de plus en plus perçues comme anticoncurrentielles, notamment Amazon, Facebook et Google. De plus, Cook a passé la plupart des quatre dernières années à éviter le genre d’environnement politique « toxique » qui a englouti les PDG de ces entreprises, de la vie privée à la censure en passant par le traitement des travailleurs.
Cependant, sous la pression d’une éventuelle convocation du représentant de la Chambre, David Cicilline, Cook a finalement accepté d’assister à l’audience. »

Le rapport indique que Tim Cook a passé la majeure partie de juillet à se préparer à l’audience, qui pourrait toucher un large éventail de sujets, des politiques de l’App Store aux différends d’Apple avec le FBI, en passant par la loi sur l’accès aux appareils bloqués et les relations d’Apple avec la Chine.

L’article continue en expliquant comment Tim Cook a jusqu’ici su maintenir des relations équilibrées avec tous les représentants, démocrates et républicains, pour éviter toute implication d’Apple dans le débat politique américain. Cette approche a aidé Apple à maintenir sa stabilité en période de turbulence, comme le montre la victoire de l’entreprise sur les droits de douane avec la Chine.

Cependant, Apple et Cook ne sont pas complètement à l’abri des critiques. il reste à voir si l’audition de la semaine prochaine conduira à une action antitrust à plusieurs volets.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom