La juge fédérale Yvonne Gonzalez Rogers a jugé que le procès contre Apple, accusée d’avoir dissimulé frauduleusement la baisse des ventes d’iPhone entre août 2017 et janvier 2019, peut se poursuivre même de manière limitée par rapport aux demandes des plaignants.

ventes iPhone

En janvier 2019, Apple avait abaissé les attentes pour le premier trimestre fiscal de l’année de 89 à 84 milliards de dollars, après que cette estimation était déjà tombée des 93 milliards initialement annoncés. À cette occasion, Tim Cook a écrit une lettre aux investisseurs indiquant que les revenus des iPhone seraient inférieurs aux prévisions, principalement en raison des faibles ventes en Chine. Traduit en termes fiscaux, cela signifie moins de revenus pour l’entreprise et moins de revenus pour les investisseurs.

Lors de la précédente conférence financière de novembre 2018, Tim Cook avait plutôt présenté positivement le lancement des iPhone XS et XS Max, ajoutant que les demandes en Chine avaient été particulièrement élevées au cours du trimestre. À cette occasion, Apple n’a fait mention d’aucune sorte du ralentissement à venir.

Comme le rapporte Reuters, la juge Rogers a écrit qu’ « en l’absence de catastrophe naturelle ou pour d’autres raisons, il est tout simplement plausible que Cook ne sache pas que la demande pour l’iPhone en Chine chutait quelques jours avant de couper les chaînes de production ». Probablement que la juge fait référence à un rapport du Wall Street Journal selon lequel Apple avait réduit les commandes de production pour les iPhone XS, iPhone XS Max et iPhone XR quelques jours après la conférence financière. « Il est également plausible que Cook n’était pas au courant des problèmes auxquels sont confrontés les marchés en Chine, bien qu’il l’ait admis deux mois après que la société ait observé des signes inquiétants tout au long du trimestre », a ajouté Rogers.

Lors de la conférence financière de novembre 2018, Apple a également annoncé qu’elle ne dévoilerait plus le nombre d’iPhone vendus au cours des différents trimestres. Selon la juge, cette décision « suggère de manière plausible que les défendeurs s’attendaient à une baisse des ventes ».

La juge a alors décidé d’engager ce procès, qui devrait débuter dans les prochaines semaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom