Alors que le gouvernement américain enquête sur des problèmes potentiels de sécurité des données en ligne impliquant la Chine et la Russie, un membre du Congrès a demandé à Apple et à Google s’ils demandaient aux développeurs d’applications mobiles de divulguer leurs liens avec des gouvernements étrangers.

Congrès américain vs Apple

Le représentant Stephen Lynch a envoyé une lettre à Apple et à Google pour demander aux entreprises d’informer le Congrès de tout moyen utilisé pour forcer les développeurs d’applications à divulguer des liens avec des gouvernements étrangers.

Cette demande fait suite aux soupçons croissants que plusieurs sociétés étrangères, en particulier chinoises, divulguent les données des utilisateurs américains à des agences gouvernementales non américaines. Dans de nombreux cas, les entreprises technologiques chinoises sont soutenues par l’État ou reçoivent d’importants investissements publics, ce qui rend la situation encore plus suspecte.

« Des rapports récents dans la presse nationale ont mis en lumière des allégations selon lesquelles certaines entreprises et développeurs étrangers pourraient fournir des données sensibles sur les citoyens américains via leurs applications mobiles aux gouvernements hôtes, créant ainsi des risques importants pour la sécurité nationale », a écrit Lynch dans deux lettres similaires envoyées au PDG de Google, Sundar Pichai, et au PDG d’Apple, Tim Cook.

Lynch a également exprimé des préoccupations concernant la quantité de données agrégées à partir des applications de médias sociaux : « Les lois américaines autorisent les applications mobiles à collecter d’énormes quantités d’informations personnelles sur leurs utilisateurs. »

Au cœur des préoccupations de Lynch se trouvent des applications comme TikTok et Grindr, toutes deux détenues par des sociétés chinoises. TikTok de ByteDance fait déjà l’objet d’une enquête du Foreign Investment Committee aux États-Unis (CFIUS).

Maintenant, il appartiendra à Apple et à Google de décider s’il faut informer le gouvernement américain des moyens qu’ils utilisent pour comprendre quelles applications partagent des données avec des gouvernements étrangers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom