Un comité judiciaire du Congrès des États-Unis avait posé une série de questions à Apple et à d’autres sociétés de technologie sur des questions liées à la concurrence déloyale. Certaines des réponses ont été publiées il y a quelques heures.

Apple

Apple a été confrontée à des questions sur divers problèmes, tels que ses politiques sur l’App Store, la concurrence sur les marchés où la société propose ses applications propriétaires, les interdictions imposées aux navigateurs sur iOS et d’autres sujets.

Concernant son rôle dans les réparations, la société a déclaré que « le coût des services de réparation a dépassé les revenus générés par les réparations ». Cela signifie que la firme n’a pas choisi de contrôler directement les réparations pour obtenir un gain financier. Cependant, il n’est pas clair si l’activité de réparation serait rentable s’il n’y avait pas de réparations “gratuites” sous garantie, par exemple. Vraisemblablement, Apple gagne beaucoup en vendant des garanties AppleCare étendues, sinon il ne serait pas logique de les promouvoir autant. Au cours des dernières années, Apple a pris diverses mesures pour dissuader les gouvernements d’imposer une législation plus souple en matière de réparations, ce qui donnerait également aux centres non autorisés accès aux manuels de réparation et aux composants d’origine Apple.

S’agissant de l’obligation pour les navigateurs tiers d’utiliser WebKit, Apple a expliqué qu’elle pouvait ainsi gérer les exploits rapidement et avec précision, tout en protégeant plus efficacement la confidentialité et la sécurité des utilisateurs. De plus, autoriser d’autres navigateurs Web alternatifs mettrait les utilisateurs en danger si les développeurs ne mettaient plus leurs applications à jour ou ne résolvaient pas rapidement une faille de sécurité : « En demandant l’utilisation de WebKit, Apple peut fournir des mises à jour de sécurité à tous nos utilisateurs rapidement et avec précision, quel que soit le navigateur qu’ils choisissent de télécharger sur l’App Store. »

Apple a déclaré que Google Maps et Waze avaient été téléchargés des centaines de millions de fois au cours des cinq dernières années. Cela suggère que l’introduction de l’application Apple Plans n’a certainement pas conduit à un monopole.

Le comité a également demandé des relations commerciales qui font de Google le moteur de recherche par défaut de Safari sur iPhone, iPad et Mac. Apple n’a pas divulgué de données monétaires, mais a déclaré que « l’accord d’Apple avec Google sur le moteur de recherche par défaut génère des revenus basés sur le trafic de référence via l’URL et le champ de recherche du navigateur Safari d’Apple ». Apple a souligné que les utilisateurs peuvent modifier librement le moteur de recherche par défaut en choisissant entre Yahoo, Bing ou DuckDuckGo à tout moment.

Les analystes financiers ont estimé la transaction liée au moteur de recherche Google dans une fourchette de 5 à 10 milliards de dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom