Dans le cadre d’une enquête sur certaines infractions potentielles en matière de trafic d’armes, le ministère de la Justice des États-Unis a demandé à Apple et à Google de fournir aux enquêteurs des informations sur les utilisateurs ayant téléchargé une application permettant de vérifier certains modèles de fusil.

Trafic d'armes
©ALEKSEY FILIPPOV / AFP

Par une ordonnance déposée au tribunal jeudi dernier, le ministère de la Justice des États-Unis a demandé à Apple et à Google les noms, numéros de téléphone, adresses IP et autres données personnelles d’utilisateurs d’iOS et Android ayant téléchargé l’application Obsidian 4.

L’application, développée par American Technologies Network Corp, permet aux utilisateurs de connecter et de contrôler certains fusils fabriqués par la même société, en particulier les modèles des lignes ATN X-Sight 4K et ThOR 4. Avec Obsidian 4, les utilisateurs peuvent se connecter en Wi-Fi à une arme compatible et diffuser de la vidéo en direct, revoir les images et les films stockés sur la carte microSD et ajuster les paramètres matériels du pistolet.

Comme le note Forbes, l’application a été téléchargée plus de 10 000 fois sur le Google Play Store. Les chiffres de téléchargement sur iOS sont inconnus, car Apple ne divulgue pas ces données.

Si les juges devaient accepter la demande du DOJ, le gouvernement disposerait bientôt d’une quantité énorme d’informations sur des milliers d’utilisateurs privés, même ceux qui n’ont commis aucune activité illégale. La demande est sans précédent aux États-Unis en raison de son ampleur, du fait qu’il y a des milliers de personnes.

L’enquête du ministère de la Justice concerne certaines activités illégales comme le trafic d’armes menées par les États-Unis dans le contexte de l’immigration clandestine et d’autres activités illégales dans le monde. Avec ces données, les enquêteurs espèrent découvrir qui a envoyé ces armes à l’étranger illégalement. Cependant, l’ATN n’est pas sous enquête.

Les experts en droit estiment que, si cette demande était acceptée, un précédent sérieux serait créé dans le contexte de la protection de la vie privée des citoyens.

« L’idée que ces données ne seront utilisées que pour poursuivre les auteurs des violations en question est presque ridicule », a déclaré l’ancien analyste de la NSA, Jake Williams. « Google et Apple doivent absolument lutter contre ces demandes, car elles représentent un terrain très glissant. Ce type d’acquisition de données en masse est extrêmement préoccupant pour un certain nombre de raisons, notamment parce que la demande concerne les données des utilisateurs qui ont téléchargé une application qui n’implique pas automatiquement son utilisation illégale. En effet, nous, chercheurs en sécurité, téléchargeons également ces applications pour trouver des vulnérabilités intéressantes et potentielles ».

Nous verrons ce que les juges décideront et, surtout, quelle sera la réaction d’Apple qui a fait de la protection de la vie privée l’un des points les plus importants de ses stratégies récentes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom