Apple a été désignée en tant que codéfendeur dans une action pour contrefaçon de brevet à l’encontre de TSMC. La poursuite vise à interdire l’importation d’iPhone aux États-Unis et en Allemagne.

TSMC

Le fabricant de puces américain Global Foundries a accusé TSMC d’avoir violé jusqu’à 16 de ses brevets. Bien qu’Apple ne soit pas directement accusée d’actes répréhensibles, le procès requiert que les noms des sociétés qui importent la technologie prétendument violée par ses brevets soient partagés.

Dans le cas de trois brevets délivrés en Allemagne, la firme californienne est nommée comme importatrice. Même Qualcomm, contre lequel Apple a eu un long procès, est désigné comme codéfendeur dans le même pays.

En tout, il y a 20 défendeurs dans l’affaire de contrefaçon de brevet :

  • Usine de semi-conducteurs : Taiwan Semiconductor Manufacturing Company Ltd. (TSMC);
  • Concepteurs de puces : Apple, Broadcom, Mediatek, nVidia, Qualcomm, Xilinx;
  • Distributeurs de composants électroniques : Avnet / EBV, Digi-key, Mouser;
  • Produits grand public : Arista, ASUS, BLU, Cisco, Google, HiSense, Lenovo, Motorola, TCL, OnePlus.

Certains de ces brevets sont différents les uns des autres, mais la majorité concerne la technologie qui vise à gérer les connexions et les contacts au sein des puces.

On ne sait pas encore quand le vrai procès commencera mais, étant donné le temps requis pour ce type de procédure, il est peu probable que cela affecte le lancement de l’iPhone de cette année, même si une interdiction d’importation pourrait suivre .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom