Le fondateur et PDG de Huawei, Ren Zhengfei, tient toujours des éloges envers Apple, même en matière de vie privée.

Huawei

Ren Zhengfei a déclaré au Financial Times que Huawei avait choisi Apple comme modèle de référence pour la protection de la vie privée de ses utilisateurs. Il a ajouté que sa société suivrait exactement la ligne tracée par Tim Cook qui refusait de déverrouiller les smartphones lorsque les demandes émanaient du gouvernement chinois. Apple lutte depuis longtemps pour la protection de la vie privée des utilisateurs, à la fois en termes de fonctions intégrées sur ses appareils (matériels et logiciels) et en matière de litiges avec les gouvernements du monde entier, aux États-Unis en premier lieu et maintenant Huawei veut suivre la même ligne.

Zhengfei souligne que les données sont la propriété des clients de Huawei et indique qu’il incombe aux opérateurs de suivre les utilisateurs en cas d’enquête, pas aux entreprises qui produisent les téléphones. Ces paroles ont probablement été prononcées pour convaincre le gouvernement américain que Huawei n’a plus rien à voir avec le gouvernement chinois, étant donné que la société a été accusée dans le passé de coopérer pour installer des logiciels espions sur ses appareils et espionner des politiciens étrangers. Bien que ces accusations aient peu à voir avec la vie privée des utilisateurs, le PDG de Huawei nous fait comprendre la position de son entreprise concernant :

« Nous ne vendrons jamais les données de nos clients. Si nous l’avions fait une seule fois, les États-Unis disposeraient des preuves et en informeraient le monde entier. Les 170 pays dans lesquels nous exerçons nos activités cesseraient donc d’acheter nos produits et nous échouerions. »

Le PDG a également déclaré que les préoccupations de l’administration Trump étaient exagérées et que le gouvernement chinois gérait des sociétés privées telles que Huawei uniquement par le biais de réglementations et de taxes : « La Chine n’intervient jamais dans les opérations commerciales de Huawei. »

Au cours des dernières semaines, Huawei s’est retrouvée à plusieurs reprises dans l’œil du cyclone, avec le risque de bloquer toutes sortes de relations avec des sociétés américaines, y compris Google / Android, même si la situation semble avoir été résolue. Même en vertu de ce qui s’est passé ces derniers mois, Zhengfei a admis que l’objectif consistant à dépasser Samsung et à devenir le premier fabricant de smartphones au monde ne sera plus possible d’ici 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom