Le premier jour du procès le plus important de l’histoire d’Apple et de Qualcomm s’est ouvert avec le choix du jury, une procédure très importante et délicate car l’issue de cette affaire dépendra du jury.

Les avocats des deux sociétés ont passé une journée entière à examiner tous les jurés potentiels qui formeront le jury de 9 personnes qui assisteront au procès.

Au final, le jury choisi est composé majoritairement de jeunes d’origines et de races différentes. Deux jurés seulement sont à la retraite et tous deux ont continué à travailler dans leurs domaines respectifs après leur retraite. Cela signifie que les avocats ont préféré choisir des personnes dynamiques, toujours actives et capables de mieux comprendre les questions délicates du processus.

La curiosité est que, malgré le fait qu’il y avait plusieurs diplômés en ingénierie parmi les candidats potentiels, à la fin, un seul des jurés a été choisi à ce titre. C’est un ingénieur qui a travaillé pour le ministère de la Défense et travaille actuellement dans le domaine de la métrologie, en calibrant l’équipement qui mesure les niveaux de rayonnement.

Trois des neuf jurés sont des femmes : une consultante spécialisée dans le respect de la loi sur l’eau, une comptable et une infirmière à la retraite. L’infirmière a déclaré à la juge Gonzalo P. Curiel qu’elle avait lu les titres du journal sur le sujet en question, mais qu’elle n’était pas allée plus loin avec la lecture des articles.

Un autre membre du jury est un ancien lanceur des Kansas City Royals, qui travaille maintenant en tant que contrôleur de la circulation aérienne. Le jury comprend également un pilote, un psychologue à la retraite, un expert en vente au détail et un homme dont l’emploi n’a pas été révélé.

Le juge a répété aux jurés, aux avocats et aux journalistes que les tweets et autres messages sociaux ne seraient pas autorisés dans la salle d’audience pendant la procédure.

Au centre de l’affaire, il y a deux problèmes. Premièrement, la politique de Qualcomm consistant à appliquer une redevance de licence de brevet calculée en pourcentage du prix de vente de l’appareil dans lequel il est utilisé. Apple affirme que cette pratique est injuste, Qualcomm bénéficiant du prix total d’un iPhone, qui est toutefois constitué de nombreuses autres technologies de pointe non conçues par la société et qui contribuent à augmenter le prix de vente.

Deuxièmement, Apple accuse Qualcomm de “double-diging” : facturer un premier coût pour la fourniture de la puce et une deuxième fois pour le paiement de redevances sur ces mêmes puces.

C’est pourquoi Apple demande à ce jour une indemnité de 30 milliards de dollars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom