Apple a signé un accord avec le site Web Vox pour une arrivée sur la plate-forme Apple News Magazines, qui sera présentée le lundi 25 mars. Pendant ce temps, le PDG du New York Times explique pourquoi il ne fera pas partie du nouveau service d’abonnement Apple.

Blomberg rapporte que toutes les nouvelles du site Vox Media sur Vox seront disponibles sur Apple News Magazines. Les autres sites de Vox Media tels que The Verge, Recode, BNation, Eater et Polygon ne font pas partie de cet accord initial, mais pourraient arriver plus tard.

Le site Vox n’offrait jamais de plate-forme d’abonnement, mais le PDG, Jim Bankoff, a déclaré à plusieurs reprises qu’il était intéressé par le test d’une solution de ce type. Rejoindre Apple News Magazines pourrait être une première étape pour tester l’eau avant de lancer son propre service d’abonnement.

Avec ce service, Apple conservera 50% de tous les revenus provenant des abonnements à News Magazines, les 50% restants étant répartis entre tous les éditeurs en fonction du temps passé par les utilisateurs à lire leurs articles. En outre, Apple ne communiquera pas aux éditeurs les informations relatives aux méthodes de paiement et aux adresses électroniques des abonnés, que les sites d’informations utilisent pour créer une base de données clients et commercialiser leurs produits et services.

Pour un site important qui entre sur la plateforme Apple, un autre semble maintenant officiellement loin de tout accord. Comme nous l’avons déjà mentionné hier, la confirmation officielle est venue de Mark Thompson, PDG du New York Times. Thompson a déclaré que les éditeurs ne devraient pas s’appuyer sur des services tiers pour la distribution numérique de leur contenu : « Nous avons tendance à être plutôt réticents à habituer les gens à trouver notre journalisme ailleurs. Nous sommes également généralement préoccupés par le fait que notre journalisme est mélangé avec une sorte de mélangeur avec le contenu de tous les autres. »

Le PDG du New York Times a ensuite comparé le marché potentiel avec Apple aux contrats initiaux que les studios ont signés avec Netflix, lorsque la seule société de location de DVD a fait faillite il y a longtemps et a dynamisé le marché de la diffusion en continu numérique : « Si j’étais un réseau de Télévision américaine, j’aurais réfléchi à deux fois avant de donner toutes mes archives à Netflix. Même si Netflix vous a offert beaucoup d’argent, il est tout à fait logique d’aider Netflix à constituer un vaste bassin d’abonnés au point de dépenser 9 milliards de dollars par an pour créer son propre contenu et payer de moins en moins ma bibliothèque du contenu ? »

Le raisonnement de Thompson est assez clair. Lorsque le marché du DVD s’est effondré, les studios ont eu recours à une plate-forme tierce telle que Netflix pour distribuer leur contenu à des millions d’utilisateurs. Cependant, après quelques années, Netflix a continué de réduire ses revenus aux abonnés et à l’argent grâce aux contenus tiers, jusqu’aux gains stratosphériques qui lui ont permis de créer son propre contenu original et de devenir un concurrent des studios qui ont contribué à cette situation. La même chose pourrait se produire avec Apple sur le marché de l’information, du moins selon le PDG du New York Times.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom