Procès Apple vs Samsung : Susan Kare, conceptrice des icônes du premier Macintosh, a été entendue

 

Le procès entre Apple et Samsung a repris pour déterminer combien la firme sud-coréenne doit payer pour la violation de certains brevets de conception appartenant au premier iPhone. Hier, Susan Kare, connue pour avoir créer plusieurs polices et graphiques du premier Macintosh, a témoigné en faveur du géant de Cupertino.

Avant Karen, le designer d’Apple Alan Ball est intervenu pour parler de l’importance des brevets de conception, en se concentrant fortement sur le terme « article de fabrication » pour indiquer les éléments qui sont brevetés précisément pour empêcher la concurrence de les copier sans vergogne. Tout tourne autour de ce terme « légal », car il est nécessaire d’établir si le montant des dommages doit être calculé uniquement sur les « éléments » brevetés et violés et non sur l’ensemble de l’appareil. Apple prétend que les dommages doivent être calculés sur la valeur totale de l’iPhone, tandis que Samsung pense que le calcul doit être fait uniquement sur les composants du téléphone effectivement « copiés ».

Ball a expliqué que le brevet dont nous parlons, est relatif à « une partie avant noire, rectangulaire, avec des bords arrondis » et qui comprend d’autres détails sur la conception du premier iPhone à appliquer sur le produit fini. Il s’agit d’un brevet qui couvre l’ensemble du smartphone en tant qu ‘« article de fabrication », et pas seulement un composant.

Susan Kare a défendu l’importance des brevets liés aux icônes utilisés sur iOS et également copiés par Samsung dans ses premiers appareils. Dans ce cas également, Kare a souligné que les brevets de ce type ne peuvent pas être séparés de l’ensemble du smartphone.

Les avocats de Samsung ont répondu que les téléphones sont constitués de composants, même si le produit fini acheté par les consommateurs est le smartphone complet. Mais Kare a répliqué en disant que le brevet couvre un design organique et holistique, entièrement copié par Samsung : « le simple fait que vous pouvez démonter les composants ne signifie pas qu’il n’a pas copié ».

Parmi les témoins, il y avait également un professeur de droit, qui a donné raison à Samsung : « Si les brevets ne concernent que la face et les icônes, les dommages ne peuvent pas être calculés sur l’ensemble du dispositif ».

 
  • 21078 Posts
  • 8295 Comments
Fondateur & Rédacteur
Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.