Le directeur du FBI demande l’accès aux données cryptées des smartphones

 

Le directeur du FBI, Christopher Wray, poursuit sa bataille pour persuader les législateurs et les fabricants de smartphones comme Apple de rendre les appareils plus accessibles pendant les enquêtes.

Lors d’un discours au Boston College, Wray a déclaré que les systèmes de cryptage sur iPhone et autres smartphones pourraient être conçus de manière à aider les forces de l’ordre pendant une enquête. Pour cette raison, le directeur du FBI espère également que les lois seront mises à jour pour tenir compte des changements technologiques au cours des dernières années.

Le discours Wray a abordé le sujet des systèmes de cryptage utilisés par Apple et d’autres sociétés technologiques pour protéger les données personnelles de ses utilisateurs, en soulignant que ces mêmes systèmes empêchent l’accès à l’application de la loi.

Wray a annoncé que pour l’exercice 2017, le FBI n’a pas pu accéder aux données stockées de 7775 appareil, malgré l’utilisation de moyens techniques appropriés et malgré la présence de toute l’autorité légale de le faire. Wray a ajouté : « Chacun de ces dispositifs est lié à un cas spécifique, un accusé spécifique, une victime spécifique, une menace spécifique. C’est pourquoi il s’agit d’un problème de sécurité publique important. Certains ont soutenu qu’il n’est pas nécessaire d’avoir accès au contenu des communications, car nous avons beaucoup d’autres informations disponibles en dehors de nos téléphones intelligents et de nos appareils. Malheureusement, cela n’est pas le cas. Certaines informations peuvent être extraites de métadonnées, mais ce n’est pas suffisant. »

De plus, Wray note que le FBI prend les devants dans la lutte contre la cybercriminalité et l’espionnage économique et que «…les programmes de sécurité de l’information doivent être soigneusement conçus de manière à ne pas compromettre les outils juridiques dont nous avons besoin pour protéger les Américains. »

Le directeur du FBI se dit ouvert aux solutions constructives à trouver avec les fabricants de smartphones, mais ajoute qu’il faut aller vite : « Je peux comprendre que des entreprises privées comme Apple et Google veulent protéger la vie privée de leurs clients, mais ici pour nous il s’agit de répondre à des ordonnances judiciaires précises. Nous devons trouver une solution, car je n’accepte pas le fait qu’il est « impossible » d’accéder à certaines données. »

Wray a également demandé aux législateurs de changer la loi pour suivre la technologie, se plaignant que « d’une certaine manière, c’est comme si nous avions encore des lois sur la circulation écrit quand il y avait un cheval et un buggy. » Le FBI n’a pas simplement besoin « d’outils techniques améliorés », poursuit-il, « nous avons aussi besoin d’une clarification juridique pour combler les lacunes. Nous devons être une force formée par des spécialistes et techniquement qualifiés, avant-gardistes, orientés vers l’avenir et capables d’enquêter et de combattre diverses cyber-menaces. »

Le débat sur la cryptographie entre les législateurs, les agences de sécurité, les entreprises technologiques et les groupes de consommateurs dure depuis plusieurs années, mais s’est intensifié à la suite de l’enquête de San Bernardino, lorsque le FBI n’a obtenu aucune information d’Apple et a été contraint de se tourner vers une troisième société pour extraire des données de l’iPhone 5c du tueur. Apple a refusé de répondre aux demandes de création d’une porte dérobée, car cela mettrait en péril tous les appareils iOS sur le marché.

 
  • 21928 Posts
  • 8486 Comments
Fondateur & Rédacteur
Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.