L’association altermondialiste ATTAC connue pour ses actions contre Apple est désormais face à une action en justice. Apple a en effet employé la manière forte en demandant au tribunal de grande instance de Paris de prendre en considération sa demande, à savoir interdir les occupations d’ATTAC dans ses boutiques.

Rappelons qu’ATTAC mène des opérations coup de poing à l’encontre du géant américain au sujet de ses pratiques fiscales. On a d’ailleurs souvent pu voir des autocollants où l’on pouvait lire « Apple PayE tes impôts » collés sur les vitrines des Apple Store. Cela a été le cas à la mi-décembre à l’Apple Store de St-Germain.

Apple considère que ces actions de vandalisme peuvent « mettre en péril la sécurité des employés et des clients ». De fait, la firme demande au tribunal d’interdir ATTAC dans ses boutiques « pendant trois ans, sous peine d’une astreinte de 150.000 euros par violation de l’interdiction, ainsi qu’à verser à Apple 3.000 euros. »

De son côté ATTAC explique que coller des autocollants sur les vitrines ou ses occupations ne peuvent être considérées comme du vandalisme :

« Il n’y a pas de vandalisme car nous sommes simplement rentrés dans les magasins d’Apple d’une manière festive et bon enfant, avec de la musique et du théâtre », a déclaré Dominique Plihon, l’un des porte-paroles d’Attac, à Franceinfo. « C’est une manière de nous bâillonner et de faire diversion par rapport à la raison principale de nos actions. »

Pour maître Julien Pignon, l’avocat d’ATTAC, Apple fait une demande « totalement disproportionnée au regard d’un principe supérieur : la liberté d’expression et la liberté de manifestation. »

Le tribunal rendra sa décision le 12 février prochain, en attendant ATTAC prévoit de mener d’autres actions de ce genre non loin des Apple Store.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom