On a beau s’appeler Facebook, ce n’est pas pour autant que tous les coups sont permis ! Preuve en est, le géant réseau social Facebook s’est fait épingler par la Commission européenne sur la manière dont il a été opéré la fusion avec les utilisateurs WhastApp, suite à l’acquisition du service en 2014.

Lorsque l’UE a approuvé l’accord d’acquisition, Facebook avait assuré qu’il ne connecterait pas les compte Facebook à ceux de WhatsApp, et vice versa. Cependant, deux ans plus tard, WhatsApp a annoncé le lancement du partage des données des utilisateurs avec la société mère.

Cette décision a suscité la grogne de nombreux utilisateurs et a conduit la Commission européenne à ouvrir une enquête officielle. Enfin, Facebook a été reconnu coupable et va maintenant devoir payer une amende de 110 millions d’euros.

Comme l’explique le commissaire Margrethe Vestager: « La décision d’aujourd’hui envoie un signal clair aux entreprises : nous devons respecter toutes les règles relatives à la fusion envisagée par l’UE, y compris l’obligation de fournir des informations correctes. La Commission doit être en mesure de prendre des décisions en matière de fusion lorsqu’ils ont connaissance des faits réels. »

Bien que l’amende soit avéré, cela ne remet en aucun cas en cause la fusion formalisée entre les deux entreprises. Cette enquête a permis de mettre à jour la faute de Facebook après le rachat de WhatsApp. Pour finir, les deux sociétés ont reconnu la violation et ne feront pas appel de cette décision.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom