Après que s’en être pris directement à TikTok, Donald Trump a la ferme intention de nettoyer les apps chinoises de l’App Store et du Play Store de Google.

Maison blanche vs apps chinoises

Credit photo: Pxhere

Plus précisent, ce sont les applications chinois qualifiées de « non fiables » qui sont dans le collimateur. Comme TikTok, WeChat est aussi une cible de l’administration Trump. Mike Pompeo, le secrétaire à la Maison blanche, parle d’un nettoyage « Clean Network » en fin volets. L’objectif est de réduire autant que possible les risques potentiels pour la sécurité nationale.

« Avec des sociétés mères basées en Chine, des applications comme TikTok et WeChat et d’autres, constituent des menaces importantes pour les données personnelles des citoyens américains, sans parler des outils de censure du contenu du Parti communiste chinois », a déclaré Pompeo lors d’un point de presse.

Il est même prévu, suite à un accord entre le Département d’État, le Département du Commerce et le Département de la Défense, qu’une limite de la capacité des fournisseurs de services cloud chinois à collecter, stocker et traiter des données aux États-Unis, sera mise en place.

Microsoft progresse dans son projet d’acheter les opérations américaines de TikTok avant la date limite de Trump du 15 septembre, date à laquelle l’application sera interdite aux États-Unis si elle appartient toujours à des Chinois.

Voici les cinq points compris dans le programme de nettoyage « Clean Network » (CNET) :

  • Clean Store : suppression des applications chinoises des boutiques d’applications mobiles aux États-Unis, car elles « menacent notre vie privée, font proliférer les virus et propagent la propagande et la désinformation ».
  • Clean Apps : Empêcher les fabricants de téléphones chinois de pré-installer ou de mettre à disposition sur leurs magasins d’applications américains des applications chinoises.
  • Clean Cloud : Empêcher les données américaines – « y compris la recherche sur le vaccin COVID-19 » – d’être stockées sur des systèmes cloud appartenant à des sociétés chinoises, notamment Alibaba, Baidu et Tencent.
  • Clean Carrier : S’assurer que les opérateurs chinois ne sont pas connectés aux réseaux américains en raison de problèmes de sécurité nationale.
  • Clean Cable : S’assurer que les câbles Internet sous-marins ne sont pas « subvertis pour la collecte de renseignements par la RPC à grande échelle », en référence à la République populaire de Chine.

Avec un tel programme, les États-Unis risquent clairement d’augmenter les tensions déjà bien présentes avec la Chine. Le retour de bâton pourrait bien faire mal à l’Oncle Sam.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom