La Maison Blanche est en pourparlers avec les fournisseurs de puces Intel et TSMC, tous deux partenaires d’Apple, pour les convaincre d’augmenter la production de processeurs aux États-Unis.

TSMC

L’administration Trump a toujours essayé d’apporter une partie de la production des multinationales aux États-Unis, avec Apple, par exemple, qui a déjà investi plusieurs centaines de millions de dollars dans ce projet. Avec la crise économique imminente liée à la pandémie du COVID-19, la Maison Blanche met également plus de pression sur Intel et TSMC pour déplacer une partie de leur production aux États-Unis.

Ces derniers jours, des représentants du gouvernement ont rencontré des dirigeants d’Intel et de TSMC pour parler de la construction de nouvelles structures aux États-Unis. Intel possède déjà plusieurs usines dans le pays, tandis que TSMC n’a jamais opéré sur le sol américain.

Selon les rapports de Greg Slater, vice-président d’Intel pour les affaires politiques, son entreprise a pris cette proposition très au sérieux et envisage déjà un plan pour créer une installation pour la fabrication de puces avancées conçues en toute sécurité pour une utilisation gouvernementale, et pas seulement : « Nous pensons que c’est une bonne opportunité, les temps sont meilleurs et la demande pour ces processeurs est plus importante que par le passé, également d’un point de vue commercial. »

Selon les rapports de TSMC, la société évaluerait la proposition avec Apple, son principal client. Cela signifie qu’une éventuelle usine TSMC aux États-Unis servirait à produire des puces gouvernementales, mais aussi pour des clients comme Apple. À ce jour, cependant, il n’y a toujours pas de plan d’investissement concret. Par le passé, le gouvernement des États-Unis avait exercé des pressions sur TSMC pour qu’il crée des installations de production dans le pays, en particulier pour la construction de composants sensibles dédiés à l’armée, tels que des avions et des satellites.

En plus d’Apple, TSMC a de nombreux autres clients aux États-Unis comme Qualcomm, Nvidia, Broadcom et AMD. Il peut donc être judicieux d’investir dans le pays pour fournir des processeurs non seulement au gouvernement, mais aussi à ces sociétés.

De plus, avec cette décision, Apple pourrait inclure un autre composant « Made in USA » dans ses iPhone : les processeurs Ax.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom