La sénatrice des États-Unis, Lindsey Graham, fait pression pour faire adopter de nouvelles lois contre la maltraitance des enfants en ligne. Parmi les propositions figure également celle de supprimer le chiffrement de bout en bout. Cela permettrait aux forces de l’ordre d’accéder librement aux données des suspects.

USA : une nouvelle loi contre le chiffrement de bout en bout

La républicaine Lindsey Graham est le promoteur du projet de loi bipartite “Eliminating Abusive and Rampant Neglect of Interactive Technologies Act of 2019” qui vise à développer “les meilleures pratiques pour la prévention de l’exploitation en ligne des mineurs”.

Parmi les méthodes proposées par Graham, il y a aussi celle d’interdire le chiffrement de bout en bout dans les applications et les services en ligne. Cela signifierait que des applications comme WhatsApp et Facebook devraient supprimer cette protection, rendant les données utilisateur beaucoup moins sécurisées. En outre, toutes les entreprises intéressées seraient alors tenues de divulguer les données privées des utilisateurs aux services répressifs, ce qui n’est désormais plus possible précisément en raison du chiffrement de bout en bout. Il pourrait également y avoir des répercussions pour Apple, non seulement pour des services comme iMessage, mais aussi pour l’ensemble du système iOS.

La sénatrice Graham dit que le résultat de cette loi sera un amendement à la Communications Decency Act de 1934, qui permet actuellement aux services en ligne de se protéger contre les poursuites concernant leurs données.

Ni Apple ni d’autres sociétés en ligne n’ont pour l’instant répondu publiquement à ces propositions. Cependant, nous connaissons très bien la position d’Apple à ce sujet. La firme prend fortement en charge le chiffrement de bout en bout comme méthode de protection de la confidentialité des utilisateurs.

La proposition devrait être discutée au Sénat dans les prochaines semaines.

Partager un commentaire