Pour la deuxième fois en quelques semaines, le président américain Donald Trump a de nouveau demandé à Apple de compromettre la sécurité d’iOS pour permettre aux forces de l’ordre d’accéder aux données des iPhone des criminels.

déverrouiller iPhone

Donald Trump a déclaré qu’Apple conserve « les clés de nombreux esprits criminels » et qu’elle doit autoriser les responsables de l’application des lois à accéder aux informations stockées sur les iPhone :

« Franchement, je les ai beaucoup aidés. Nous avons fait des dérogations pour eux, car ils sont une grande entreprise, notamment en ce qui concerne les exonérations de taxes sur les droits de douane. Ils auraient dû nous donner les informations des iPhone du tueur de Pensacola. Cela aurait été très utile. Apple doit nous aider, car elle détient les clés de nombreux esprits criminels. »

Ceci est encore un autre chapitre de cette bataille en cours entre les forces de l’ordre, dirigée par le FBI et Apple. Les premiers souhaitent qu’Apple intègre une porte dérobée sur les iPhone afin d’accéder aux données qui y sont stockées, tandis qu’Apple a répété à plusieurs reprises qu’une telle solution mettrait en danger la sécurité de millions d’utilisateurs.

Soit dit en passant, celle du FBI ressemble plus à une bataille politique visant à secouer l’opinion publique pour arriver à une loi qui oblige les entreprises technologiques à fournir ces données, étant donné que le FBI lui-même a déjà débloqué des iPhone récents (y compris un iPhone 11) grâce aux conseils d’agences tierces.

En outre, dans le cas de Pensacola, les téléphones sont beaucoup plus anciens et peuvent être déverrouillés avec des outils tiers, car il s’agit d’un iPhone 5 et d’un iPhone 7.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom