La bataille juridique entre Apple et l’ancien employé Gerard Williams sera une affaire révolutionnaire, quel que soit son résultat final. Ce sont les mots de Cliff Palefsky, un avocat du travail reconnu, qui a examiné les documents et les premiers pas des différents avocats de ce conflit.

Apple

Rappelons qu’Apple a poursuivi Gerard Williams, ancien chef des processeurs maison pour iPhone et iPad, pour rupture de contrat, après que l’ingénieur ait quitté l’entreprise pour fonder sa propre société : « Cette affaire implique le pire scénario pour une entreprise innovante comme Apple : un directeur principal de confiance avec des années d’expérience et des années d’accès aux informations les plus précieuses d’Apple démarre secrètement une entreprise concurrente utilisant la même technologie sur laquelle il travaillait, et avec les mêmes équipes avec lesquelles il travaillait avec alors qu’il était encore employé par Apple. »

Williams était en charge de l’équipe de développement de tous les processeurs de la série A, de la puce A7 de l’iPhone 5 en 2013 à la puce A12X utilisée dans la gamme actuelle d’iPad Pro. Apple affirme que Williams a violé le contrat et a exploité la technologie interne de l’entreprise pour concevoir ses propres puces dans la conviction qu’Apple allait plus tard acquérir sa nouvelle entreprise.

« Il y a aussi des limites en Californie », a déclaré l’avocat Cliff Palefsky. « Les travailleurs peuvent planifier certains projets pour une entreprise concurrente pendant leur temps libre, mais le recrutement de collègues pendant les heures de travail devient un peu risqué ».

En tout cas, cette bataille juridique va créer un précédent important aux États-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom