Le PDG d’Apple, Tim Cook, a joué un rôle assez important en politique depuis l’élection du président Trump. Cook a rencontré et a reçu les éloges de Trump à plusieurs reprises, tout en critiquant sa politique en cas de besoin.

Tim Cook & Donald Trump
afp.com/SAUL LOEB

Un nouveau rapport du Wall Street Journal explique comment Tim Cook établit un équilibre entre ses relations avec le président Trump et les employés et les intérêts d’Apple. Le rapport précise qu’au départ, les dirigeants d’Apple hésitaient à entretenir une relation étroite avec Trump, craignant que le président ne critique la production et le cryptage de bout en bout de la société en Chine :

« Le mois suivant son élection, Trump a convoqué M. Cook pour une réunion à New York. Les dirigeants d’Apple pensaient qu’ils déclineraient l’invitation, craignant que Trump ne transmette ses griefs au sujet de la production en Chine et l’engagement d’Apple en matière de cryptographie. Mais au final, il semble que les personnes qui connaissaient M. Trump ont encouragé Cook à assister à la réunion. »

Après cette réunion, Cook s’est efforcé d’établir une relation « improbable » avec Trump et sa famille afin de « protéger les intérêts de son entreprise » :

« Pour protéger les intérêts de son entreprise, le PDG d’Apple a entretenu des relations plus étroites avec le président et sa famille, une alliance improbable étant donné leurs personnalités contradictoires et leurs opinions divergentes sur de nombreux problèmes.
Cook a également noué de bonnes relations avec Jared Kushner et Ivanka Trump. Apple, ou Cook lui-même, avertira souvent la Maison Blanche avant que la société ne conteste publiquement ses politiques, telles que l’immigration ou d’autres problèmes sociaux, indique le rapport. Fait intéressant, Cook n’a jamais fait l’objet de critiques publiques de la part d’employés d’Apple au sujet de sa relation avec le président Trump. »

Le sénateur Mark Warner a félicité Cook pour son ouverture à Washington DC :

« Il y a beaucoup de gens dans la Silicon Valley qui méprisent la politique. Ils prétendent souvent être beaucoup plus intelligents que quiconque en politique, alors que Tim n’a pas cette approche, mais écoute toujours les opinions des autres. »

Le rapport ajoute également qu’il est “peu probable” que l’enquête en cours sur l’impeachment du président Trump ait un effet sur cette relation. En fait, Cook continuera de s’attaquer aux problèmes qui touchent Apple et d’en éviter l’aspect politique.

En particulier, malgré les relations de Cook avec le président et le reste de son administration, les dépenses de lobbying d’Apple continuent de se positionner bien au-dessous des autres sociétés de la Silicon Valley. Apple a dépensé 18 millions de dollars en lobbying depuis 2017, soit beaucoup moins que la moitié des dépenses engagées par Amazon et Alphabet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom