Dans une longue interview, l’ancien conseiller général et juridique d’Apple, Bruce Sewell, a expliqué l’affaire antitrust impliquant Apple et le service iBooks. Il est également revenu sur la manière dont il est arrivé à Cupertino après plusieurs années dans une entreprise beaucoup plus formelle comme Intel.

Bruce Sewell

Depuis des années, Bruce Sewell a été le principal consultant juridique d’Apple jusqu’en 2017. On se souviendra de lui, malheureusement pour lui, aussi pour avoir perdu la poursuite antitrust de iBooks : « Apple a été impliqué dans une mauvaise cause liée à la sortie du magasin iBooks. J’ai essayé de tracer une voie défensive qui, à mon avis, était incroyablement bonne pour Apple et j’avais tout sous contrôle juridique. Les choses se sont mal passées et c’était très mauvais pour nous tous ».

Sewell a également expliqué que dans des sociétés comme Apple, il fallait prendre des risques, car sinon on ne grandissait pas : « La stratégie consiste à guider le navire le plus près possible de la légalité, sans jamais la dépasser. C’est là que vous trouvez l’avantage concurrentiel. Malheureusement, il est difficile de dire exactement où se situe cette ligne de démarcation, mais en tant qu’avocat, vous voulez en arriver au point où vous prenez le risque de gagner en compétitivité ».

L’avocat a ensuite expliqué comment l’équipe d’avocats travaillant en interne chez Apple devait être en mesure de réagir rapidement aux changements : « Nous arrivons au point où la loi devient effectivement une ressource commerciale pour la société. Si vous pouvez comprendre comment aborder un risque particulier, vous devez être capable de le gérer en cas de problème. Votre entreprise doit pouvoir naviguer aussi près que possible de cette frontière contre ses concurrents. Mais vous devez toujours avoir la permission de l’entreprise pour le faire, car vous pouvez également faire des erreurs ».

Et nous arrivons au cas d’iBooks. Sewell a déclaré ne pas avoir reçu toutes les informations dont il avait besoin : « Certains groupes d’éditeurs intéressés ne m’ont pas dit certains choses. Si j’avais tout su, j’aurais pris un virage différent. C’était l’un des exemples de navigation trop proche de la frontière de la légalité et j’avais tort. Apple a été poursuivie par le gouvernement et a dû payer une grosse amende. Cependant, la réaction de Tim a été de dire que nous avions fait le bon choix en fonction des informations en notre possession. Il m’a dit que je devrais continuer avec la stratégie de risque, parce que c’est comme ça qu’un bon avocat travaille dans une entreprise ».

Sewell a ensuite annoncé que l’équipe juridique d’Apple disposait d’un budget d’un milliard de dollars par an, au moins jusqu’en 2017. La majeure partie de ce montant a été consacrée à des litiges, par exemple lorsque l’entreprise a dû payer 350 avocats pour toute la durée de la bataille juridique contre Samsung : « Nous avions entre sept et huit millions de documents à examiner, et Apple a consacré environ 208 000 heures à cette affaire ».

Avant de travailler pour Apple, Sewell était conseiller juridique pour Intel : « Passer d’Intel à Apple revenait à aller de l’université à la maternelle. En effet, l’atmosphère chez Intel était très formelle, alors que chez Apple, il y avait beaucoup plus de liberté et de créativité. Ce sens de l’ordre a donné de bons résultats à Intel, mais c’est le genre de chaos qui a rendu Apple si incroyable ».

Enfin, lorsque Sewell a informé Tim Cook de sa décision de prendre sa retraite, l’avocat a également envoyé une note sur la manière de commencer à chercher un remplaçant : « Tim n’a pas répondu avant cinq jours. Oh mon Dieu, j’ai pensé, il m’a déjà oublié. Puis j’ai reçu une belle lettre dans laquelle il me disait qu’il avait pris si longtemps à me répondre parce que pour lui, mon au revoir avait été comme un cauchemar dont il espérait pouvoir se réveiller ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom