Un nouveau rapport du site Politico revient sur la relation entre le PDG d’Apple Tim Cook et la Maison Blanche, du fait que la société ne sera pas affectée par les sanctions commerciales que les États-Unis veulent prendre contre la Chine.

Bien que sur certains points, Tim Cook ait souvent critiqué Trump, notamment en ce qui concerne les politiques contre les immigrants, les deux collaborent depuis des années du point de vue des arguments commerciaux. Ce n’est pas par hasard que les principaux membres de l’administration Trump voulait Tim Cook à la Maison Blanche pour parler de politique commerciale et si le PDG d’Apple s’est souvent entretenu avec le président et la première dame Melania Trump, même pendant des dîners privés. Cook est également en contact avec le cercle étroit des collaborateurs les plus importants de Trump, notamment les conseillers financiers Larry Kudlow, Ivanka Trump et Jared Kushner.

La volonté de Cook à rencontrer Trump et ses plus proches associés contraste nettement avec celle d’autres responsables du secteur de la technologie qui préfèrent une relation moins directe avec l’administration actuelle. Selon le rapport, la stratégie d’Apple offre un avantage mesurable à la société, comme l’a confirmé un responsable de l’administration Trump : « Tim Cook assiste aux réunions et, à certains égards, porte également le risque de ce qui est décidé. Mais il s’agit d’un risque largement remboursé ».

En particulier, Cook se tourne vers les fonctionnaires en tant que collègues de travail : « Le PDG d’Apple s’adresse aux fonctionnaires comme ses collègues. Il dirige une entreprise privée prospère et répète sans cesse qu’il est difficile de gérer les politiques publiques. Grâce à ses façons de faire, il a réussi à établir des relations avec d’importants membres de l’exécutif et à influer de manière déterminante sur certaines décisions commerciales ».

L’un des avantages les plus importants obtenus par Apple grâce à cette approche de son PDG est le fait que la société ne sera pas affectée par des tarifs commerciaux de 200 milliards de dollars que les États-Unis souhaite faire payer à la Chine pour l’importation de marchandises .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom