Si la société Grayshift était parvenue à forcer le déverrouillage des appareils iOS grâce à son boîtier GrayKey, il semblerait qu’Apple ait trouvé le moyen de stopper l’hémorragie avec iOS 12.

Désormais, GrayKey ne peut effectuer qu’une « extraction partielle », selon des sources de la communauté judiciaire. Cela signifie que la police qui utilise l’outil peut uniquement extraire des fichiers non chiffrés et certaines métadonnées, telles que la taille des fichiers et la structure des dossiers.

Interrogé sur ce fait, John Sherwin, capitaine de police du Minnesota, à Rochester, a confirmé qu’iO 12 bloquait l’accès à GrayKey qui ne peut désormais fournir qu’un minimum d’informations. En revanche, il pense qu’avec le temps, une « solution de contournement » sera trouvée, permettant au boîtier d’être à nouveau opérationnel pour des attaques force brute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom