En mars dernier, Uber a été pointé du doigt dès lors que l’un des véhicules autonomes a percuté une cycliste provocant sa mort. Si l’on ne connaissait pas exactement les circonstances de l’accident au moment des faits, il semblerait aujourd’hui que le logiciel soit en cause.

D’après des sources de The Information, le logiciel aurait été mal configuré à tel point que la cycliste Elaine Herzberg aurait été considérée par un « faux-positif ». Dans le détail, le logiciel ne réagirait qu’aux véritables menaces, et dans ce cas précis, le logiciel de la voiture était soi-disant trop loin dans l’autre sens, ce qui ne lui a pas permis de prendre en compte la cycliste à temps et d’éviter ce drame.

Rappelons que suite à cet accident, le gouverneur de l’Arizona a mis fin à tous les tests de voitures autonomes durant un temps, tandis que d’autres entreprises ont volontairement retardé leurs propres tests. Uber mène sa propre enquête sur le système aux côtés du National Transportation Safety Board (NTSB), dont la conclusion devrait faire la lumière sur cette affaire plus en détails.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom