Amnesty International a lancé une campagne sociale contre Apple, coupable d’avoir trahi les utilisateurs chinois quand ils ont transféré leurs données à iCloud des serveurs potentiellement contrôlés par le gouvernement du pays.

En janvier, Apple a informé les utilisateurs chinois que leurs données seraient transférées vers les serveurs d’une entreprise locale conformément aux lois du pays. Le nouveau centre de données a été construit à Guizhou en collaboration avec le CGBD pour se conformer aux lois locales. Lorsque les données ont été transférées le 28 février, Apple a rassuré tout le monde que ce transfert serait conforme à toutes les réglementations de sécurité et qu’il n’y aurait aucun inconvénient pour les utilisateurs.

Cela signifie que les données des utilisateurs vivant en Chine sont maintenant stockées dans le pays, conformément aux lois locales. Aujourd’hui, Amnesty International a lancé une nouvelle campagne contre Apple pour « la trahison des millions d’utilisateurs iCloud chinois dont les données sont désormais imprudemment et potentiellement plus simples d’accès par le gouvernement chinois lequel pourrait les examiner de manière arbitraire. »

Avec un clin d’œil à la publicité emblématique d’Apple en 1984, la campagne reprend un thème orwellien avec la phrase « Tous les utilisateurs d’Apple sont égaux mais certains sont moins égaux que d’autres ».

Nicholas Bequelin, directeur d’Amnesty International en Asie de l’Est, explique : « Tim Cook n’est pas crédible auprès des utilisateurs chinois lorsqu’il insiste pour que ses données privées soient toujours en sécurité ». Dans son rapport, Amnesty International affirme que «…la prestation du service iCloud des utilisateurs chinois à une entreprise locale est sans garanties suffisantes, les autorités du pays disposent désormais d’un accès illimité à toutes les données des clients iCloud d’Apple en Chine. Apple le sait, mais n’a pas averti ses clients de ces risques. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom