Après le chaos dû à la présence de groupes de maltraitance d’enfants depuis supprimés de l’application, Telegram a perdu l’appel contre le gouvernement russe et devra maintenant partager les clés de cryptage de sa plate-forme.

La Cour suprême de Russie a statué en faveur du gouvernement, qui a exigé l’accès aux données des utilisateurs de Telegram. Le président Vladimir Poutine a longtemps essayé de contrôler toutes les communications électroniques qui traversent le pays et cela affecte aussi les applications de messagerie. Telegram intègre un système de cryptage avancé, mais maintenant la société sera obligée de fournir des clés de cryptage à la demande du gouvernement russe.

Telegram a reçu l’ordre de se conformer à une loi de 2016 exigeant que les services de messagerie fournissent au FSB la capacité de déchiffrer les messages échangés entre les utilisateurs. Telegram a d’abord affirmé que cette procédure était inconstitutionnelle et a refusé de fournir un accès. Le FSB a toujours déclaré que puisque la collecte de données nécessite toujours une ordonnance du tribunal, les clés de chiffrement partagées ne violent pas la constitution.

Le fait est que Telegram utilise son propre système de cryptage par défaut pour les messages secrets, et non un cryptage de bout en bout qui aurait rendu tout type d’accès impossible. Ce système est utilisé par défaut par une application comme Signal, WhatsApp et iMessage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom