Alors qu’Apple n’a pas encore rapatrié aux États-Unis ses recettes internationales de manière à éviter de payer plus d’impôts, la firme de Cupertino conserve en fait une grande partie de ses revenus dans le pays sous la forme d’obligations, comme l’a expliqué longuement Bloomberg dans un article.

Le Département du Trésor américain a payé à Apple au moins 600 millions de dollars en intérêts au cours des 5 dernières années. Fondamentalement, Apple profite d’une exemption qui permet aux entreprises de retarder le rapatriement des revenus internationaux en achetant des obligations d’État. L’intérêt est lui imposable, mais Apple parvient également à obtenir des intérêts par la vente de ces obligations.

Plus précisément, Apple est l’une des sociétés qui ont acheté le plus d’obligations du Trésor, et qui ensuite ont reçu le plus de revenus liés aux intérêts : 600 millions de dollars, contre 430 millions de Cisco et le 16 millions de Google.

Reste maintenant à savoir si Donald Trump tiendra sa promesse qui est de proposer une taxe bien élevée à Apple et d’autres sociétés américaines qui souhaitent rapatrier leur cash aux États-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom