Test de Striker Arena, un jeu de football original sur iOS

 

Lorsque l’on parle de jeu de football (sur n’importe quelle plateforme), on distingue assez vite deux catégories de jeu: les jeux de management d’équipes et les jeux de football se voulant réalistes. Mais parmi ces titres, quelqu’uns, indépendants pour la plupart, essaient de se détacher du lot pour nous proposer une expérience vidéoludique neuve et rafraichissante. C’est le cas de Striker Arena, un nouveau jeu du studio Wizcorp disponible sur l’App Store pour le prix de 2,99€ depuis le 26 février 2015, dont nous vous proposons aujourd’hui le test.

Alors, quelles sont donc ses particularités ?

L’histoire

Striker Arena possède une histoire différente de celles durant lesquelles nous incarnons les traditionnels joueurs en quête de victoires pour remporter la coupe du monde. Cette histoire prend place dans un monde imaginaire où se côtoient vikings, samurais et gladiateurs; et si nous jouons au football, ce n’est pas pour divertir la foule mais pour plaire à l’Empereur! En effet, la coutume de ce monde là est de régler les conflits opposant les différentes nations par des tournois de football plutôt que par des guerres, et tout les 10 ans, un tournoi est organisé pour que toutes les nations puissent s’affronter: le tournoi des dieux, à nous de nous imposer pour y être sélectionné et le remporter! Avant chaque match, un petit scénario présentant nos opposants et le “but” du match (au delà de la compétition) apparait, et heureusement, le tout est en français!

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios_6

Le gameplay

Le soft embarque deux modes de jeu différents: un mode “campagne” nommé “Mode Aventure” et un mode classique où l’on peut faire des matchs contre l’IA ou bien contre un de nos proches (sur le même appareil). Le gameplay de ce jeu est un petit peu particulier. La durée des matchs varie, et le but (tout du moins dans le mode “Aventure”), est de réaliser les défis qui nous sont proposés; si on gagne le match mais que le défi n’a pas été réussi, il faut recommencer la rencontre. Le gameplay est à mi-chemin entre un style de jeu en temps réel et un style de jeu au tour par tour. Lorsque l’on a la balle, il est possible d’avancer 3 fois puis de faire une passe ou un tir (qui manque parfois de précision), mais si l’on tarde trop, l’adversaire peut venir nous tacler. Quand celui ci récupère la balle, il faut la lui reprendre en appuyant sur le bouton “intercepter” avec le bon timing (sachant que si l’on rate l’interception, il faudra attendre quelques secondes avant de pouvoir en retenter une autre). Il est aussi possible de replacer les joueurs différemment, mais nous ne pouvons décider de l’endroit exacte ou les positionner. Les atouts occupent aussi une place très importante dans ce mécanisme de jeu, ils sont quasiment indispensables pour remporter un match. Pour en obtenir, il faut attendre qu’ils apparaissent aléatoirement sur le terrain (ils font leur apparition rapidement et en assez grande quantité), puis les ramasser en marchant ou en tirant dessus, on peut ensuite les utiliser en appuyant sur l’icône qui représente l’atout désiré, en bat à gauche. Il y a plusieurs types de powerup: les jaunes, qui redonnent de la vie à un joueur KO (victime d’un tacle par exemple) ou augmentent le nombre de pas disponibles, les rouges qui permettent de tacler un joueur ennemi à n’importe quel instant ou de mettre KO tout ceux qui se trouvent à l’intérieur d’un certain périmètre autour du joueur, les bleus qui nous donnent la possibilité de tirer des frappes fortes ou des lobs (pouvant être repris par une tête), et enfin les blancs, qui font apparaitre, durant un court laps de temps, des grilles pour protéger nos buts. Ces atouts sont aussi utilisables par l’adversaire, alors mieux vaut se méfier et garder un oeil sur ce qu’il a en réserve! Le terrain sur lequel on joue peut aussi s’avérer être un handicap ou un avantage, puisqu’il peut faire apparaitre des piques, des bonhommes de glaces agressifs, ou même pivoter à 90°. Lorsque l’on réussi un défi, un certain nombre de point nous ai attribué (en fonction de notre performance), s’il est assez élevé, on peut obtenir des étoiles qui nous permettront d’ouvrir des portes et d’accéder à de nouveaux matchs.

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios_5

L’aspect visuel

Le style graphique du jeu est plutôt bien trouvé, il colle à cette atmosphère réduite (petites équipes, petits matchs,…). Des textures un peu plus détaillées auraient tout de même été un plus. Il y a trois types de décors: un décor qui évoque le désert, un autre évoquant un monde de glace et un dernier qui fait penser aux dojos japonais traditionnels.

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios_7

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios_2

L’ambiance sonore

La bande sonore est correcte, mais pas transcendante, les différents univers visuels ne sont pas retranscrits au niveau sonore, c’est un petite déception. Des bruitages plus avariés auraient aussi été appréciables.

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios_7

En résumé

Au final, pour la modique somme de 2,99€, le studio Wizcorp nous propose là un jeu complet, original et divertissant. Le gameplay est réellement différent de ce que l’on peut déjà retrouver sur l’App Store. La durée de vie du soft s’avère plutôt longue puisqu’il faudra compter un dizaine d’heure pour réussir (avec les 3 étoiles) les 48 missions du mode aventure, sans compter le temps nécessaire pour obtenir les divers trophées proposés, ou le nombre de partie que vous disputerez avec vos proches sur votre iDevice.

> Télécharger Striker Arena sur l’Apple Store à 2,99€.

test-de-striker-arena-un-jeu-de-football-original-sur-ios

 
  • 136 Posts
  • 0 Comments

Jeune parisien, fan de rap, music, de bons films, de jailbreak, de jeux indépendants et bien évidement de journalisme…et un peu de sport à mes heures perdues.

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *