Test de Red Riding Hood and the Restless Wolves, un bilan mitigé

 

Il y a quelques semaines déjà, lors d’un article sur les sorties de jeux iOS, nous vous parlions, non sans engouement, d’un jeu dénommé Red Riding Hood and the Restless Wolves. Sur le papier, tout était réuni pour en faire un bon jeu: l’ambiance, la musique, les décors, le côté plateforme… Nous avons donc pris la décision de faire un test de ce jeu, disponible sur l’App Store depuis le 15 Octobre 2014, afin de voir si l’équipe de développement de chez Whaleo Games avait réussi leur coup.

Le petit chaperon rouge est-il toujours d’actualité ?

test-de-red-riding-hood-and-the-restless-wolves-un-bilan-mitige_2

L’histoire

L’histoire du jeu est assez confuse et l’anglais, seule langue disponible, n’améliore en rien cette situation. Une chose est sûre, le domaine scientifique est omniprésent. Nous incarnons Dr Riding Hood, une physicienne à la tête d’une petite équipe qui mêne des recherches sur les particules, dans un laboratoire situé en Espagne. Lors de ces recherches, elle fut victime d’un accident (une explosion) qui sembla la téléreporter ailleurs. Tout au long des chapitres (portant le nom de différentes théories scientifiques), elle se questionnera sur les raisons de ces téléportations (jusque dans l’espace!) et de divers autres évènements encore inexpliqués par la science (l’anti-matière). Le vocabulaire utilisé est assez rechercher et il devient très vite difficile de ne pas perdre le fil des évènements.

test-de-red-riding-hood-and-the-restless-wolves-un-bilan-mitige_3

Le gameplay

Voila sûrement le plus gros problème du jeu, et pas des moindre. Pour tester le jeu, avons tout de même attendu la grosse mise à jour qui permet désormais de pouvoir choisir l’emplacement des boutons (à gauche ou à droite), mais malgré cela, le jeu reste difficilement jouable. Le plus flagrant, c’est lorsqu’on se trouve dans le premier niveau, où saute de plateforme en plateforme (un geste censé être basique) devient un véritable calvaire. Notre personnage dispose certes d’un triple saut, mais il est incontrôlable dans l’air et ça rend les sauts dans une direction précise difficiles. Sur terre, Dr Riding est assez lente et interagit avec les objets (échelles) difficilement (il est par ailleurs compliqué de déterminer avec quels objets l’on peut interagir). Le jeu est découpé en différents niveaux (que l’on peut refaire séparément) et le but est d’atteindre les télé-porteurs qui se trouvent à la fin de chacun d’eux. Pour y arriver, il faut utiliser quelques mécanismes, comme les ascenseurs ou les générateurs d’énergie (qu’il faut déverrouiller à l’aide d’une carte magnétique récupérable dans le niveau), et principalement les véhicules (moto, camion, voiture) qui sont mis à notre disposition et dont on doit chercher les clés. Les points de sauvegarde ne sont pas assez nombreux (1 par niveau) et il est embêtant de devoir recommencer le niveau à cause d’une chute bête ou d’un loup que l’on ne pouvait pas esquiver.

test-de-red-riding-hood-and-the-restless-wolves-un-bilan-mitige

Les décors

Le principe des télé-porteurs inclus dans le jeu nous permet de visiter un tas d’endroits différents. Tout commence en Espagne mais l’on va très vite atteindre la maison de notre grand mère, puis l’espace, les nuages,… Tous les éléments sont assez différents et l’on a rarement une impression de déjà-vu. Les décors sont par contre un peu flous et pixélisés, ce n’est pas forcément très joli, et ils empiètent parfois sur le gameplay en nous empêchant de savoir si certains endroits nous sont accessibles.

test-de-red-riding-hood-and-the-restless-wolves-un-bilan-mitige_5

L’ambiance sonore

Il n’y a rien à redire sur les musiques du jeu, qui sont très jolies, et qui méritent largement l’utilisation d’un casque durant les parties. Le problème se trouve durant les temps entre deux musiques, ces temps de quelques secondes, nous font ressentir un grand vide auditif plutôt gênant.

Le rapport qualité/prix

Comme le dit le titre de ce test, pour 0,89€, le jeu se présente comme une déception, mais qui n’est pas totale. Il faut attendre d’avoir passer le cap d’environ 30 minutes de jeu pour saisir la manière de contrôler le personnage, les décors sont flous et pixélisés et le jeu est en anglais. Mais au delà de ces gros défauts, on peut prendre plaisir à y jouer grâce à ses bonnes musiques et à ses décors teintés. La durée de vie du jeu vaut le prix proposé, et l’option Whaleo Anyscreen qui permet de jouer au jeu sur d’autres écrans compatibles avec HTLM5 est assez intéressante. Le jeu est tout de même déconseillé à ceux qui sont à la recherche d’un bon jeu de plateforme. Whaleo a eu la sympathie de permettre à n’importe qui de tester le jeu gratuitement alors rendez vous sur ce lien : http://www.whaleo.com/RRH/ depuis votre appareil iOS pour tester le premier niveau du jeu et vous faire votre propre avis.

> Télécharger Red Riding Hood and the Restless Wolves : 0,89€ (app universelle)

test-de-red-riding-hood-and-the-restless-wolves-un-bilan-mitige_4

 
  • 136 Posts
  • 0 Comments

Jeune parisien, fan de rap, music, de bons films, de jailbreak, de jeux indépendants et bien évidement de journalisme…et un peu de sport à mes heures perdues.

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *