Test d’Anomaly Defenders, on ne change pas une équipe qui gagne, mais on intervertit les rôles !

 

Anomaly … , ce nom devrait sonner familièrement aux oreilles des gamers sur support tactile de la première heure. Et ce n’est pas une coïncidence, puisque le 11 aout 2011 (alors que l’iPhone 4 était au top de la technologie) sortait le premier opus de cette série de tower défense/tower attaque développée par le stuido 11 Bit, le bien nommé, Anomaly Warzone Earth. Depuis, l’eau a coulée sous les ponts, cet épisode est désormais introuvable sur notre store et trois nouveaux opus ont été publiés. Anomaly Defenders, c’est le dernier en date, sortit le 25 septembre 2014 et constituant un bouleversement majeur de la série, qui va nous intéresser aujourd’hui.

Voyons ensemble ce qui se cache dans ce nouveau jeu.

L’histoire

Le scénario de ce jeu se raccorde avec la fin de l’histoire d’Anomaly 2. Après avoir résisté aux attaques de l’invasion aliens, les humains ont décidé de lancer une contre-offensive de grande ampleur sur la planète natale de leurs ennemis afin de les exterminer. C’est pourquoi, une mystérieuse extra-terrestre du nom de Ylamona, va nous contacter en nous désignant comme le plus grand stratège et commandant humain (c’est en effet grâce à nous que l’invasion a été repoussée). Heureusement pour elle, l’attaque ne nous intéresse pas et nous préférons défendre les faibles. Nous acceptons donc de l’aider à défendre les plateformes de lancement pour que son espèce ait le temps de s’échapper. Nous sommes son dernier espoir ! La cinématique et les voix dans le jeu sont en anglais sans sous-titres mais faciles à comprendre, le reste du jeu est en français.

test-d-anomaly-defenders-on-ne-change-pas-une-equipe-qui-gagne-mais-on-intervertit-les-roles

Le gameplay

Le gameplay a changé, et c’est bien dommage. Non pas que la nouvelle manière de jouer soit mauvaise, mais il est plus courant de voir des tower defense où l’on n’est dans la peau des défenseurs. La particularité qu’avait la série Anomaly en nous faisant incarner les attaquants était un gros point fort, mais il est compréhensible que le studio ait eu envi d’inverser les rôles pour ajouter de la nouveauté (non négligeable pour les habitués d’Anomaly). À première vue, le jeu ressemble à un tower defense classique: on construit différentes tours (les “blasters” (basiques), les “enfonceurs”, les “prédateurs” (qui font plus de dégâts aux boucliers),…), on les améliore et on croise les doigts pour que tous les ennemis soient éliminés avant qu’ils ne puissent détruire la plateforme de lancement. Mais dans le fond, tout est beaucoup plus complexe et intéressant. Tout d’abord, il y a deux types de monnaie : le “carusorum”et l’énergie. La première sert à acheter les tours et à les améliorer, on la gagne en détruisant des ennemis et en forant les mines, tandis que la seconde se gagne en récupérant les boules violettes laissées par les ennemis détruits ou par intervalles régulières (mais longues) et nous permet d’utiliser différents pouvoirs temporaires sur les tours, tel que les restaurer, augmenter leurs champs d’actions, augmenter leurs puissances,… Mais ce n’est pas tout de pouvoir utiliser ces actions, encore faut-il les débloquer. Et pour cela, rien de mieux qu’un arbre de compétence. Cet arbre permet de répartir les “points de technologie” gagnés à la fin d’une mission (on les gagne tous en difficile, un en moins en normal et 2 en moins en facile). On peut les répartir dans différents endroits: pour avoir de nouvelles tours, débloquer des actions pour les tours (a utiliser avec l’énergie), et débloquer des actions passives. On peut ensuite augmenter leur niveau pour améliorer leurs effets (tout est bien expliqué). Chaque mission nous plonge dans une situation différente: certaines ont 1 voie d’ennemis, d’autres en ont 2, 3 ou jusqu’à 4; certaines ont des vagues d’ennemis aériens, d’autres nous permettent d’utiliser les “Harvester” pour forcer les humains à faire des détours, d’autres subissent des chutes d’objets qui détruisent nos tours ou sont soumises à des tempêtes météorologiques qui rendent nos moyens de défense, lorsqu’ils sont trop nombreux, inutiles durant une certaine durée. Quoiqu’il en soit, un ou plusieurs boss apparaitront durant la dernière vague.

test-d-anomaly-defenders-on-ne-change-pas-une-equipe-qui-gagne-mais-on-intervertit-les-roles_2

Les décors

Lorsque l’on regarde de loin quelques screenshots du jeu, on se dit que le tout est un peu fouillis, on y voit pas grand chose. Mais lors des phases de jeux, la sensation visuelle est totalement différente et claire. L’ambiance nocturne et futuriste est très bien retranscrite. Tout le contenu visuel est magnifique, que ce soit la cinématique de début, l’arrière plan animé, toutes les particules,… tout nous émerveille à chaque sessions de jeu. Malgré la ressemblance qu’il y a entre chaque terrain, tous sont différents et nous emmenent dans des endroits magiques tels qu’une ville futuriste, des volcans, une foret tropicale,… Les UI ne plairont pas forcément à tout le monde, mais heureusement, ce n’est pas ce que l’on voit le plus.

test-d-anomaly-defenders-on-ne-change-pas-une-equipe-qui-gagne-mais-on-intervertit-les-roles_3

L’ambiance sonore

La musique du jeu est très entrainante et colle parfaitement avec l’action du soft. Les bruitages sont eux aussi réussis, même si le bruit qui arrive lorsque notre énergie est pleine n’est pas très agréable à entendre.

Le rapport/qualité prix

Encore une fois, le studio 11 Bits a réussi à nous sortir un jeu de très bonne qualité qui vaut son prix de 4,49€. Les habitués de la série Anomaly seront ravis de voir le changement de gameplay de cette épisode, tandis que les autres verront ce jeu comme un énième tower defense, très réussi certes, mais faisant partie d’un type de jeu pas mal présent sur l’App Store. Le jeu nous propose tout de même 24 missions qui mettront une dizaine d’heures à être complétées en mode difficile.

test-d-anomaly-defenders-on-ne-change-pas-une-equipe-qui-gagne-mais-on-intervertit-les-roles_4

 
  • 136 Posts
  • 0 Comments

Jeune parisien, fan de rap, music, de bons films, de jailbreak, de jeux indépendants et bien évidement de journalisme…et un peu de sport à mes heures perdues.

Aucun commentaire pour l’instant! Vous êtes le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *