Dans une annonce publiée sur son blog officiel, Meta explique à ses annonceurs comment va changer l’achat de « boosts » – c’est-à-dire de publicités payantes visant à augmenter la portée d’une publication – effectués sur Instagram et Facebook depuis iPhone, critiquant la décision d’Apple à ce sujet.

meta achat boosts

Meta affirme que les utilisateurs ou les entreprises qui achètent des publicités sponsorisées sur les applications Instagram ou Facebook pour iPhone verront le coût augmenter de 30%, ce qui équivaut aux frais qu’Apple applique sur les achats intégrés.

Apple répond aux critiques en publiant la note suivante sur 9to5Mac :

« Il a toujours été obligatoire pour les applications d’utiliser les achats intégrés pour acheter des biens ou des services numériques. Les « boosts », qui permettent aux particuliers ou aux entreprises de payer pour augmenter la visibilité d’une publication ou d’un profil, représentent un service et, en tant que tel, , relèvent de l’exigence relative aux achats intégrés. »

Apple ajoute qu’elle a travaillé avec Meta au cours de l’année écoulée pour donner à l’entreprise de Zuckerberg le temps d’aligner ses applications sur les nouvelles directives de l’App Store, entrées en vigueur dès octobre 2022.

Plus précisément, le point évoqué a été introduit par Apple pour créer une distinction entre les applications destinées uniquement à la gestion de campagnes publicitaires et les applications qui, en plus de gérer la publicité, affichent le contenu publicitaire acheté au sein de l’application elle-même.

Les premières applications, qui permettent d’acheter et de gérer des campagnes publicitaires sur n’importe quel support (web, télévision, autres applications), ne nécessitent pas le recours à des achats intégrés ; ces derniers nécessitent cependant leur utilisation car le contenu publicitaire à afficher dans la même application est considéré par Apple comme étant le même que l’achat de contenu numérique.

Facebook et Instagram rentrent donc dans la deuxième catégorie, selon cette logique, puisque les boosts sont achetés dans les applications respectives puis fournis et affichés au sein de celles-ci.

Meta, qui, dans le cas où elle n’aurait pas satisfait aux exigences imposées par Apple, aurait dû supprimer la possibilité d’acheter des boosts au sein de ses applications, conseille à ses annonceurs d’acheter des boosts non pas via des applications, mais en utilisant un navigateur de bureau ou mobile, en afin d’éviter l’augmentation des prix, tout en obtenant le même service et le même résultat.

Partager un commentaire