Finalement, Nvidia ne prévoit plus d’acheter Arm, après le blocage de la FTC et les doutes émis par d’autres régulateurs aux États-Unis.

Nvidia, ARM

Le Financial Times confirme que les négociations entre Nvidia et Arm ont échoué ces dernières heures, après qu’il y a un peu plus d’un an l’acquisition était pratiquement acquise.

Arm aurait été vendu pour 66 milliards de dollars, représentant effectivement la plus grosse vente de l’histoire de l’industrie des semi-conducteurs. Cependant, plusieurs agences de régulation aux États-Unis et en Europe avaient des doutes liés principalement à la question antitrust, étant donné que cette acquisition pourrait « étouffer l’innovation et nuire à la concurrence sur le marché des puces ». La raison principale ? De nombreuses entreprises s’appuient sur les technologies d’Arm pour la fabrication de puces, et une acquisition par Nvidia aurait pu causer pas mal de problèmes.

Arm développe l’architecture ARM (Advanced RISC Machines) qui alimente de nombreux processeurs mobiles et de bureau, y compris tous les Apple Silicon et autres puces utilisées dans les iPhone, iPad, Mac, Apple Watch et autres appareils Apple. L’architecture ARM est également utilisée par Qualcomm et de nombreux autres fabricants.

Selon le rapport, SoftBank recevra des frais d’environ 1,25 milliard de dollars pour l’annulation de l’accord. Cependant, la société basée au Japon prévoit toujours de vendre Arm plus tard cette année par le biais d’une offre publique. Les actions de Nvidia avaient fortement augmenté lorsque la société avait annoncé qu’elle allait acheter Arm, mais maintenant, la valeur a de nouveau chuté.

La non-acquisition d’Arm par Nvidia est certainement une bonne nouvelle pour des entreprises comme Apple, Qualcomm et même Intel, car l’un de leurs concurrents deviendrait propriétaire de la technologie dont ils dépendent tous pour le développement de leurs puces.

Partager un commentaire