Avec les premiers Mac M1 désormais disponibles, les dirigeants d’Apple Greg Joswiak, Johny Srouji et Craig Federighi sont revenus sur le nouveau SoC dans une interview avec Om Malik.

Craig Federighi Mac M1

Joswiak, vice-président senior du marketing d’Apple, a expliqué comment Steve Jobs poussait Apple à « créer l’ensemble de l’écosystème ».

« Steve disait que nous devions créer tout le “widget”. Nous avons créé le widget entièrement pour tous nos produits, de l’iPhone à l’iPad, en passant par l’horloge. C’était également le dernier élément de la création du widget entier sur Mac. »

Craig Federighi, vice-président senior de l’ingénierie logicielle chez Apple, a expliqué que les premiers MacBook Air, MacBook Pro et Mac mini M1 sont supérieurs « à tous les égards » par rapport aux machines qu’elles remplacent. Il a également ajouté que ceux qui veulent plus de Mac mis à jour avec Apple Silicon devraient savoir que leur jour approche :

« Il semble que certaines personnes qui n’ont pas acheté de Mac fraîchement mis à jour attendent avec impatience Apple Silicon sur les machines qu’ils utilisent aujourd’hui. Je peux dire que leur jour viendra bientôt. Mais pour l’instant, tous les Mac M1 que nous avons publiés sont supérieurs en tout à ceux qu’ils ont remplacés. »

« Quand ? Cela prendra quelques années, car ce n’est pas une transition qui se fait du jour au lendemain », a ajouté Joswiak. « Nous avons réalisé ces transitions importantes avec beaucoup de succès dans le passé ».

Srouji, vice-président senior des technologies matérielles d’Apple, a ajouté que la construction de processeurs Mac en interne donne à Apple un contrôle beaucoup plus grand sur l’avenir :

« Je pense que le modèle Apple est unique et est le meilleur modèle jamais conçu. Nous développons un processeur personnalisé parfaitement adapté au produit et à la manière dont le logiciel l’utilisera. Lorsque nous concevons nos puces, et que nous le faisons trois ou quatre ans avant sa sortie, Craig et moi adorons nous asseoir dans la même pièce pour définir ce que nous voulons offrir, puis travailler ensemble en intégrant logiciel et matériel. Vous ne pouvez pas faire cela avec Intel ou AMD ou c0n avec quelqu’un d’autre. »

Federighi a fait écho à ces déclarations :

« Être capable de définir ensemble la bonne puce pour construire l’ordinateur que nous voulons construire et ensuite produire cette puce à grande échelle est une chose très profonde, également grâce à la symbiose entre le matériel et le logiciel. Les deux équipes travaillent en regardant trois ans dans le futur pour voir à quoi ressembleront les systèmes de demain. Ils construisent donc des logiciels et du matériel pour cet avenir. »

L’interview complète vaut la peine d’être lue et est disponible ici.

Partager un commentaire