Après les différentes initiatives lancées par l’Union européenne pour limiter la domination des grandes entreprises technologiques, la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager a étonnamment mis en garde contre la désintégration structurelle de ces entreprises.

UE - grandes entreprises technologiques

Cette déclaration est venue comme un éclair, alors que Margrethe Vestager a poussé à lancer de manière agressive des enquêtes antitrust contre des entreprises comme Apple, Google et Amazon ces dernières années. Par exemple, c’est Vestager qui a dirigé l’appel de l’UE contre la décision qui a annulé la première décision envers Apple pour non-paiement de milliards d’euros d’impôts en Irlande.

Lors d’un débat sur l’avenir de la réglementation de l’internet au sein de l’UE, Vestager a averti que s’il serait “possible” de forcer la dissolution de grandes entreprises technologiques en vertu de la législation européenne actuelle, une telle décision pourrait conduire à une série de conséquences non prévues initialement. Par exemple, une première conséquence pourrait être les longues batailles juridiques qui seront sûrement lancées par tous les tech trippers contre les régulateurs européens. Pour ces raisons, la commissaire à la concurrence suggère de trouver des solutions alternatives avant de traiter des demandes de ce type.

Ces déclarations n’ont pas séduit Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, qui souhaite forcer les grandes multinationales technologiques à diviser leurs activités en plusieurs sociétés différentes.

Partager un commentaire