Le mois dernier, Apple a dévoilé son nouvel iPad Air 4 avec ce processeur A14 que nous verrons également sur l’iPhone 12. Les premiers bennchmarks présagent d’excellentes performances, mais dans l’intervalle, le VP Platform Architecture d’Apple, Tim Millet, a offert plus de détails sur ce processeur et aussi sur l’utilisation de Face ID avec des masques faciaux.

A14 - iPhone 12

Dans une interview avec Stern, Tim Millet a expliqué qu’une partie du potentiel du processeur A14 est dû à ses capacités croissantes d’apprentissage automatique. Elles « permettent une toute nouvelle classe d’applications. J’ai le souffle coupé quand je vois ce que les gens peuvent faire avec la puce A14 Bionic ».

Apple n’a certainement pas inventé les réseaux de neurones, car « les fondations ont été posées il y a plusieurs décennies », explique Millet. « Mais ensuite, il y avait deux problèmes: il n’y avait pas de données et il n’y avait pas de puissance de calcul pour développer des modèles complexes capables de traiter cette quantité de données. » En 2012, il y a finalement eu un tournant qui a considérablement accéléré les temps de formation des modèles. Ce n’est qu’alors que des technologies telles que le déverrouillage du visage sont devenues envisageables dans un smartphone.

Millet a également souligné qu’une partie de l’avantage d’Apple est que ses équipes matérielles et logicielles peuvent travailler en étroite collaboration pour maximiser les performances des améliorations du processeur. Cela s’étend également aux développeurs tiers :

« Nous travaillons en étroite collaboration avec notre équipe logicielle tout au long du processus de développement pour nous assurer de ne pas simplement créer une technologie utile pour quelques-uns. Nous voulions nous assurer que des milliers et des milliers de développeurs iOS pourraient faire quelque chose avec ce processeur.

Core ML est une opportunité fantastique pour les personnes qui souhaitent comprendre et découvrir les possibilités dont elles disposent. Nous avons investi beaucoup de temps pour nous assurer de ne pas simplement insérer des transistors dans la puce qui ne sont pas utilisés. Nous voulons que chacun puisse en tirer le meilleur parti. »

Enfin, Millet a offert quelques informations intéressantes sur la façon dont l’utilisation des masques faciaux pendant la pandémie COVID-19 a influencé l’utilisation de Face ID. L’exécutif a expliqué que s’il existe des moyens qu’Apple pourrait théoriquement adapter Face ID pour fonctionner avec des lunettes, cela compromettrait la sécurité :

« Il est difficile de voir quelque chose que vous ne pouvez pas voir. Les modèles de reconnaissance faciale sont vraiment bons, mais c’est un problème délicat. Les utilisateurs veulent de la commodité, mais ils veulent aussi être en sécurité. Et chez Apple, nous devons nous assurer que les données restent en sécurité.

Nous pouvons penser à des techniques qui n’impliquent pas la partie du visage couverte par la protection bouche-nez, mais vous perdez alors certaines des caractéristiques qui rendent votre visage unique, ce qui permet à son tour d’imaginer plus facilement que quelqu’un peut déverrouiller le téléphone. »

Il ne reste plus qu’à attendre les nouveaux iPhone 12 et le processeur A14 Bionic. Nous verrons alors si les performances seront réellement au rendez-vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom