Pour les futures Apple Glass, la firme de Cupertino aurait en tête de créer quelque chose de pratique comme un écran tactile avancé, en étudiant la possibilité de créer des commandes virtuelles à utiliser dans le monde réel.

Apple Glass

Dans un brevet récemment publié, mais daté de 2016, Apple souligne que pour les Apple Glass il sera nécessaire de pouvoir créer des contrôles virtuels « cliquables » qui chevaucheraient les objets présents dans le monde réel.

L’intention d’Apple est de créer quelque chose qui puisse être aussi simple à utiliser qu’un écran tactile iPhone et non les méthodes actuelles d’interaction avec les appareils AR, qui sont souvent très proches de la rétine de l’utilisateur.

Pour que les Apple Glass détectent qu’un utilisateur a cliqué sur une surface ou un objet présent dans le monde réel, il est nécessaire que des capteurs soient présents sur nos doigts, ou notre propre corps pour faire partie du système, comme si nous avions un capteur intégré. Une phrase du brevet reflète parfaitement ça :

« La plus grande limitation de ce type d’approches est qu’elles nécessitent des modifications de l’objet ou du corps humain. »

Apple Glass

En réalité, Apple aurait également pensé à une solution possible au problème, à savoir la chaleur.

« Si deux objets à des températures différentes se touchent, la zone de contact changera de température, puis convergera lentement vers la température initiale qu’elle avait avant le toucher. Par conséquent, pour les pixels correspondant à un point de l’environnement où un contact s’est produit récemment, il y a une diminution ou une augmentation lente ou clairement mesurable de la température.

Des changements réguliers de température peuvent indiquer un contact entre deux objets qui s’est récemment produit dans la position échantillonnée. »

Profitant de la variation de chaleur, les Apple Glass pourraient être en mesure de comprendre quand nous touchons réellement un objet, mais nous ne serions toujours pas en mesure de résoudre efficacement le problème concernant l’interaction avec les boutons virtuels, car le système ne serait pas en mesure de comprendre efficacement lorsque nous cliquons sur ce bouton.

Bref, il semble qu’Apple travaille sur quelque chose de très avancé, mais, comme vous pouvez le comprendre à partir de ce brevet, les difficultés à affronter pour arriver à un système vraiment pratique à utiliser sont vraiment nombreuses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom