Lors des dernières poursuites engagées par le procureur général des États-Unis contre Apple et d’autres grandes sociétés technologiques, William Barr a déclaré qu’un certain nombre de sociétés américaines étaient “trop ​​disposées à coopérer avec la Chine”.

Apple - William Barr

Plus précisément, Barr a accusé Apple de faciliter le déchiffrement de l’iPhone par la Chine afin de continuer à faire des affaires dans le pays. Le procureur général a formulé ses accusations contre le géant californien. Google, Microsoft, Yahoo et d’autres sociétés sont également concernées par les mêmes accusations : « elles sont trop disposées à prendre des mesures favorables pour la Chine, afin de garantir l’accès au grand marché chinois ».

Par exemple, Cupertino aurait délibérément laissé les iPhone plus ouverts et moins protégés pour le gouvernement chinois, dans le seul but de pouvoir continuer à vendre dans le pays. Barr suggère que les iPhone « n’auraient jamais été vendus en Chine s’ils avaient été insensibles à la pénétration des autorités chinoises ».

En outre, le procureur note qu’Apple utilise différentes mesures entre différents gouvernements. Alors que les iPhone en Chine seraient facilement « piratés », aux États-Unis, la société ne souhaite pas créer de porte dérobée pour permettre aux autorités d’avoir accès au contenu des iPhone appartenant à des personnes faisant l’objet d’une enquête pour des délits majeurs. Selon Barr, il existe des modèles d’iPhone et des versions iOS moins sécurisés, tels que ceux disponibles en Chine.

En fait, même les derniers cas aux États-Unis ont montré qu’avec les bons outils, il est possible d’accéder aux données d’un iPhone même s’il est crypté. Nous verrons si le Procureur officialisera les accusations ou s’il invitera simplement les entreprises à moins collaborer avec la Chine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom