Les développeurs de PopVote, une application de vote en ligne conçue en partie pour protester contre les récentes lois sur la sécurité nationale à Hong Kong, affirment qu’Apple censure l’app en lui refusant l’accès à l’App Store.

Chine - apple PopVote

Apple a initialement rejeté PopVote pour des problèmes avec le code de l’application. Plus tard, la société aurait refusé de publier les nouvelles mises à jour. Les développeurs affirment avoir tenté de contacter Apple sans obtenir de réponse.

Développé par les organisateurs du mouvement démocratique de Hong Kong, PopVote a plutôt été approuvée sur le Google Play Store. Elle a enregistré plus de 600 000 votes numériques exprimés lors de la primaire non officielle tenue le week-end dernier.

Edwin Chu, consultant informatique pour la plateforme de vote, a déclaré qu’Apple censure la plateforme. Selon les développeurs, le problème est que le gouvernement chinois considère l’ensemble de la plateforme PopVote comme une violation de la loi sur la sécurité nationale adoptée le 1er juillet. Apple n’aurait rien fait d’autre que de se conformer à la loi chinoise, bien que discutable, et n’a pour l’instant publié aucune déclaration à ce sujet.

Déjà par le passé, le géant californien avait censuré d’autres applications liées plus ou moins indirectement aux manifestants de Hong Kong. Cela a déclenché la polémique de diverses associations de défense des droits de l’homme. Apple s’est toujours défendue en disant qu’elle devait se conformer aux réglementations locales dans tous les pays pour s’assurer que tous ses services puissent être offerts aux clients. Seulement, les nouvelles lois chinoises sont conçues pour réprimer autant que possible les protestations démocratiques des manifestants de tout déploiement politicien opposé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom