TSMC a récemment annoncé un plan de 15 milliards de dollars pour construire une usine en Arizona afin de produire les puces iPhone et iPad. Cependant, certains sénateurs s’opposent à cette proposition.

TSMC

La Maison Blanche a accueilli cette initiative avec enthousiasme, car elle apporterait une importante usine dans le pays. De plus, des milliers de nouveaux emplois seraient créés. Apple a également soutenu l’initiative, notamment pour compter sur des puces fabriquées aux USA dans les années à venir.

Cependant, certains sénateurs se disent contre l’accord entre le gouvernement et TSMC. La raison serait liée au fait que les allégements fiscaux accordés à TSMC créeraient la base d’un système de concurrence déloyale au détriment des fabricants de puces américains comme Micron, GlobalFoundries et Cree.

Chuck Schumer, Patrick Leahy et Jack Reed ont appelé à une plus grande transparence et ont demandé au gouvernement de considérer principalement les entreprises qui ont déjà établi une présence significative aux États-Unis :

« Nous avons de sérieuses questions sur la façon dont ce projet prend en compte les exigences nationales de sécurité et comment il s’aligne sur une stratégie plus large de construction d’une chaîne d’approvisionnement de fabrication diversifiée aux États-Unis.

Nous vous demandons de suspendre ces négociations ou discussions jusqu’à ce que vous ayez informé les commissions responsables des autorisations et des attributions de vos plans, y compris tout engagement pris en matière de financement, d’allégements fiscaux, de licences ou d’autres incitations. »

La controverse s’est intensifiée lorsque TSMC a demandé au gouvernement américain de couvrir complètement la différence de coûts d’exploitation entre Taiwan et les États-Unis, par le biais de subventions qui devront être versées dans les années à venir.

Les législateurs américains proposent donc que les sociétés américaines de semi-conducteurs bénéficient d’allégements fiscaux et d’incitations d’une valeur de 22,8 milliards de dollars, afin de ne pas donner à TSMC un avantage non motivé. La proposition a reçu le soutien bipartisan du Sénat et de la Chambre.

La proposition créerait un crédit d’impôt remboursable de 40% pour l’équipement nécessaire à la production de puces, 10 milliards de dollars en fonds fédéraux pour inciter l’État à construire des usines et 12 milliards de dollars de financement dédié à la recherche et au développement. De toute évidence, TSMC n’a pas pu accéder à ces fonds, mais aurait tout de même des allégements fiscaux.

La proposition permettrait également au ministère de la Défense de disposer d’une plus grande capacité de production interne de semi-conducteurs sûrs et fiables. À ce jour, de nombreuses puces utilisées par le gouvernement américain proviennent d’Asie et la nécessité d’augmenter la production nationale reste élevée.

1 COMMENTAIRE

  1. Comme chez nous les grosses entreprises font du chantages chinois et ça marche et ensuite selles déposent le bilan en effaçant leur ardoises la classe a Dallasssss

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire
Entrez votre nom